11 NOVEMBRE : « CENTENAIRE de la fin de la Guerre + Hommage aux résistants du 11 novembre 1940 » (Penser la France)

7 novembre 2018

[Photo : défilé du 11 novembre 1940 malgré l’interdiction de la préfecture]

___

Le 11 novembre 2018 : CENTENAIRE de la fin de la première guerre mondiale.

Victoire militaire française

et sacrifice de la Nation !

___

Les Clubs « Penser la France » condamnent la décision du président de la République d’effacer la dimension militaire de cette Victoire française.

Au nom de tous les morts au combat, de ceux qui, dans toutes nos familles françaises, sont morts au Chemin des Dames, à Verdun, sur la Marne… il nous ait fait obligation de célébrer et leur mémoire et leur sacrifice pour la Nation. 

Nous n’oublierons jamais !

Personne – aucune autorité – ne pourra empêcher cette juste célébration qui ravive le souvenir pénible de l’abjecte interdiction du 11 novembre 1940 quand les forces d’occupation nazies et les autorités de la Collaboration interdirent toute manifestation patriotique le 11 novembre. Bravant cette interdiction, des militants rendirent hommage aux poilus.

Cet acte est considéré comme le premier grand acte de résistance !

Pour l’ensemble de ces raisons, les Clubs « Penser la France » prendront part à plusieurs initiatives qui vont ponctuer toute la journée de ce centenaire, le dimanche 11 novembre 2018, à Paris et en province. (A SUIVRE)

***

En outre, et comme chaque année, les Clubs « Penser la France » – clubs républicains – assisteront à la cérémonie organisée par l’Action Française en souvenir de l’une des plus glorieuses heures de l’histoire de France : le 11 novembre 1940 .

Ce DIMANCHE 11 novembre 2018, notre rendez-vous se fera à 19h00 – Métro « Charles de Gaulle-Etoile » – Sortie Champs Elysées.

___

Le 11 novembre 1940

« Le 11 novembre 1940, les troupes d’occupation avaient interdit toute commémoration de la victoire de 1918, mais les étudiants et lycéens parisiens décidèrent d’en faire un symbole de résistance, et l’initiative de cette manifestation revient largement à la Corpo de droit, fondée en 1934, fortement pénétrée par les idées de l’Action française.

Il y eut bien sûr d’autres nationaux, des gaullistes de la première heure, et même quelques communistes bravant les ordres du parti, mais les principaux animateurs de la manifestation, Jean Ebstein-Langevin, vice-président de la Corpo, Alain Griotteray, André Pertuzio président de la Corpo, étaient issus de la mouvance royaliste.

Parmi les nombreux lycéens de Buffon, Janson de Sailly, Saint-Louis…, présents ce jour-là, beaucoup de royalistes également dont un certain Roger Nimier, le futur romancier, alors collégien au lycée Pasteur de Neuilly.

Vers 17 h 30, plusieurs milliers de manifestants convergeaient donc vers l’Étoile. 155 d’entre eux furent incarcérés à la prison de la Santé, la plupart furent libérés un mois plus tard. Dans la presse collaborationniste, celle de Doriot et de Déat, la manifestation fut dénoncée comme un coup des camelots du roi. « 

Les Clubs « Penser la France » ne peuvent que rendre hommage à tous ces résistants de la première heure.

Une délégation des Clubs  « Penser la France » emmenée par son président Jean-Luc PUJO assistera à cette cérémonie.

Rendez-vous : DIMANCHE 11 novembre – 19h00 – Métro « Charles de Gaulle-Etoile » – Sortie Champs Elysées.

***

Association des résistants du 11 novembre 1940

http://www.ecpad.fr/association-des-resistants-du-11-novembre-1940

Chaque année, la France commémore, le 11 novembre, l’armistice de la première guerre mondiale. Mais peu se souviennent d’un autre 11 novembre, celui de l’année 1940. Pourtant, cet événement est reconnu aujourd’hui comme la première réponse ouverte et collective à l’appel du 18 juin du général de Gaulle.

Ce jour-là, dans le Paris occupé par les Allemands et malgré la publication d’un communiqué de la préfecture de Police stipulant qu’» aucune démonstration publique ne sera tolérée », des tracts circulent sous le manteau et appellent à un rassemblement sur la place de l’Étoile à 17 heures. Deux lycéens prennent une initiative audacieuse et, dès 15 heures, déposent sous l’Arc de Triomphe une gerbe de deux mètres de haut en forme de croix de Lorraine. À la sortie des classes, les étudiants des grands établissements parisiens se dirigent vers les Champs-Elysées. Le rendez-vous » secret » prend des allures de manifestation et rassemble plus de deux mille lycéens et universitaires. Durement réprimé par les nazis, ce geste fort et symbolique suscite alors un nouvel élan dans la résistance française, à Paris comme à Londres.

En 1958, le président de la République inaugure une plaque commémorative sur les Champs-Elysées. Cette même année, l’Association des résistants du 11 novembre 1940 est fondée. Elle compte aujourd’hui une centaine de membres et multiplie les actions mémorielles, notamment auprès des lycéens. Son actuel président, Pierre-André Dufétel, a participé à la manifestation du 11 novembre 1940 avant de s’engager dans les armées de Libération et de servir comme pilote au sein du Groupe de reconnaissance 1/33.