Samedi 29 mai 2021 – Manifestation du 29 mai – Intervention de Jean-Luc PUJO, pdt des Clubs “Penser la France”

__

Samedi 29 mai 2021 – 18H00

« Manifestation anniversaire du 29 mai »

Les Tuileries – Paris – Intervention Jean-Luc Pujo (Penser la France) – 18H00

Lecture texte : 8mn

__

Chers compagnons,

Chers camarades, Chers amis,

Chaque 29 mai depuis plus de 10 ans, nous nous retrouvons ici, « Aux Tuileries » à l’initiative heureuse d’André Bellon et de l’association « Pour une Constituante »,

Et chaque année nous remercions André Bellon pour cette initiative « symbolique donc importante », selon la formule consacrée.

Chaque 29 mai nous célébrons une victoire !

Nous célébrons, d’abord, bien sûr, le vote lucide et courageux des Français qui  – à près de 55% – ont dit NON au projet de Constitution européenne, lors du referendum du 29 mai 2005, refusant ainsi un projet néolibéral européiste, projet de soumission de la Nation à une Commission européenne technocratique non élue.

Chaque 29 mai, aussi, nous déplorons une défaite : Celle du 5 février 2008, quand le Parlement français réuni à Versailles – avec sa majorité pseudo socialiste et pseudo gaulliste – autorisa la ratification du Traité de Lisbonne, véritable copier-coller de la Constitution européenne, rejetée deux ans plus tôt par le peuple souverain.

Quelle honte !

*

Depuis 2008, nous crions notre immense colère !

Et cette colère ne faiblit pas. Bien au contraire !

*

Nous mesurons aujourd’hui plus encore l’importance de cette trahison, ses conséquences, sur le destin des Français, sur l’avenir de la France.

La politique menée – sous SARKOZY-HOLLANDE-MACRON – apparait aujourd’hui dans toute sa réalité : il s’agit de démanteler l’Etat français, de préparer la fin de la France, pour cet avenir radieux : Un Etat fédéral Européen, anglophone, sous monnaie Allemande, sous protection OTAN.

Cette zone d’optimisation fiscale – entendez pour la rente et les dividendes – serait seule capable de résister à l’Impérium Chinois.

Fin de la France !

Qu’il soit dit – ce soir – ici et maintenant – que :

Nous ne partageons absolument pas cette vision du Monde.

Ni la méthode, ni les objectifs, ni la philosophie qui la sous-tend.

*

Sur la méthode tout d’abord !

Nous le comprenons, cette marche forcée à l’intégration européenne s’opère sous nos yeux en déconstruisant les Etats-nations…

Tout est fait pour démanteler l’Etat français, cœur de la France !

On détruit les structures territoriales par l’installation d’Euro-Région et de zones transfrontalières contre l‘avis même des populations concernées, en Corse ou en Alsace… comme le dénonçait encore récemment Jean-Pierre Chevènement (1).

On propose de mutualiser notre siège au Conseil de Sécurité des Nations-Unies, notre Dissuasion nucléaire…

On vend – à vils prix – notre fleuron industriel – « Alsthom » vendu par le ministre Macron au géant américain « General Electric » …

On détruit l’Etat en paupérisant des pans entiers de sa structure pour rendre inévitables les mutations imposées :

– Fin de nos armées qui ne sont plus capables de mener de vraies opérations militaires. Nos jeunes officiers revenus des théâtres d’opération en témoignent : ils sont contraints d’acheter eux-mêmes sur leur solde ou avec l’aide des familles des équipements nécessaires à leur propre sécurité. Une honte !

Et vous vous étonnez que des Généraux en tribune (1-b) s’expriment ouvertement rejoints par des dizaines de milliers de gradés ?

– Fin de notre Police, instrumentalisée, abandonnée … le tout validé par des Syndicats  de police totalement corrompus préférant les politiques indemnitaires à de véritables réformes politiques de fond.

Combien de policiers – démissions, dépressions, suicides – en témoignent aussitôt sanctionnés par leur hiérarchie ?

– Fin de notre Justice française, dépourvue de tout moyen, sabordée, critiquée, puis soumise à une nouvelle hiérarchie des normes supranationales comme nous avons pu le dénoncer, ici même, citant un Conseiller d’Etat courageux – Jean-Eric Schoettel – ou le professeur Le Pourhiet, la brillante constitutionnaliste ;

-Fin de l’éducation nationale, par gabegie des moyens matériel et humain, rupture idéologique avec destruction de toute autorité, nivellement de tous les savoirs populaires, scientifiques, artistiques dans une immense farandole démagogique : la Cancel culture, l’écriture inclusive, la célébration ad nauseam des cultures minoritaires, LGBT, Trans, Bi …

Fin du système de santé publique : Numerus clausus catastrophique depuis 40 ans, financiarisation des politiques de soins (fermeture de lits, fermeture d’établissement, éloignement des Services publics de santé).

Le nombre de maternité est passé en métropole de 1400 en 1975 à 497 en 2016 – trois fois moins en 40 ans – :

En 2018, dans le seul département du LOT, 17 femmes ont accouché sur le bord de la route.

Voilà notre progrès !

Et quand nos médecins, nos infirmiers, les syndicats de santé manifestent c’est sous les coups de matraques de nos CRS.

– Fin des régimes de solidarité : Baisse des pensions y compris pour les plus précaires, mise en place de système assurantiel privé, pour palier la démission de l’Etat providence.

(…)

Nous pourrions citer mille exemples !

Tous les Français le savent !

Mais comprennent-ils vraiment le dessein secret de cette politique ?

*

Il s’agit de détruire l’Etat pour effacer la France !

On encourage les milles travers d’une Nation toujours portée à la division.

La France – « cet agrégat inconstitué de peuples désunis » – selon le mot célèbre de Mirabeau – est aujourd’hui taraudée par ses démons, alimentée par un Etat démissionnaire, dirigée par ceux-là même qui ont vocation à le détruire. Quelle honte !

Ce programme infâme dissimule des objectifs tellement visibles qu’ils en sont aveuglants.

C’est le syndrome de « la lettre cachée » d’Edgar Allan Poe (1-c).

L’évidence lumineuse aveugle notre conscience politique.

*

Alors quels sont leurs Objectifs ?

C’est le triomphe de la financiarisation partout, dans tous les secteurs de l’activité humaine.

Un exemple ? La crise du COVID.

Depuis 2005, les établissements de santé – public ou privé se sont vus imposer près de 9 milliards d’euros d’économie. Merci SARKOZY-HOLLANDE-MACRON.

Pire, la financiarisation a triomphé partout nous disent les auteurs IZAMBERT et JANVIER (2), notamment grâce à cette logique toute communautaire – les « partenariats publics privés » – si prisés par Bruxelles.

Depuis les années 1980-1990, les hôpitaux publics ont été contraints de recourir aux marchés financiers. Le résultat a été éloquent.

Avec l’Affaire DEXIA et les emprunts toxiques, la fédération hospitalière de France évalue la perte à 1,5 milliard d’Euros en 2017.

Notre réel est pénible. Mais nous devons le regarder en face.

« Quand les malades mourraient sur des brancards dans les couloirs de nos services d’urgence des hôpitaux de France, ce n’était pas de la seule faute de la COVID19 ».

En 2013, l’emprunt en cours des hôpitaux auprès des banques s’élevait à 28 milliards d’Euros, dont 7 milliards en emprunts dit « structurés » à taux variables avec 1,5 milliard d’emprunt toxique. Un boulet au pied des hôpitaux.

En 2019, le sénateur Meurant rappelait que la Cour des comptes pointait le triplement de la dette des établissements publics de santé à près de 30 milliards d’euros dont 20% d’emprunt toxiques en avril 2014.

Derrière les emprunts toxiques ? Les « banques de contreparties » nous rappellent Izambert & Janvier.

Vous les connaissez toutes : Goldman Sachs, JP Morgan, UBS (…)

La financiarisation partout ? OUI ! Même dans le secteur des dons !

L’analyse des placements financiers du « TELETHON » ou encore de l’immense Trust que constitue la « Fondation de France » fait froid dans le dos avec ses placements financiers douteux.

Même la très respectable « inspection générale des finances » s’en émeut dans un rapport de 2017.

Nous pourrions ici développer à souhait.

La finance partout …

Pire ! Aujourd’hui une immense supercherie consiste à dissimuler les échecs patents d’un système totalement corrompu derrière la seule crise de la COVID 19.

La crise de la COVID 19, elle a bon dos.

Nous devons en dire un mot.

Dès 2018, le Haut conseil des finances publiques alertait sur les risques économiques importants.

Avec la crise financière de 2008, le secteur financier a coûté aux finances publiques plus de 1500 milliards d’euros.

Entre 2008 et 2009, la croissance annuelle a perdu près de 47%.

Et le déficit français a grimpé à 7,5% du PIB.

En 2018, les conséquences des pertes des crises de 2008 et 2011 n’avaient toujours pas été comblées.

Les plans de licenciements étaient à foisons :

– Airbus : 1900 postes ;

– Alinea : 2000 ;

– La Halle : 5300 ;

– André : 600 ;

– NAF NAF : 1100 ;

– Camaieu : 3900 ;

– Radio France : 250 ;

– Renault : 15.000 dont 4600 en France ;

– Disneyland Paris : 350 ;

– Mais aussi, Ford à Blanquefort ; les sucreries Saint Louis en Picardie, etc.

– Sans parler de la vente à l’étrangers de certains de nos champions depuis démantelés : Arcelor, Lafarge, Pechiney, Thomson…

Et toujours pas de COVID en vue.

En 2018, on pouvait constater que la France était un des pays européens en crise les plus désindustrialisés.

Voilà ce qu’était notre réalité

Et c’est dans ce contexte que la CRISE DU COVID19 est survenue !

Heureuse crise du COVID19 !

Restructurations, prêts garantis par l’ETAT…

Airbus, Renault, Air France, 5 milliards, 7 milliards…

L’argent s’est soudain remis à couler à flot.

Et dans le même temps, des annonces de dizaines de milliers de suppressions d’emplois y compris – surtout – parmi les entreprises aidées !

Un comble !

Heureuse crise du COVID19 !

Même au niveau mondial !

11 400 milliards de Dollars US de dividende à travers le monde en dix ans… La fortune de Jeff Bezos – PDG d’Amazon – a augmenté de 36 milliards de dollar. Celle de Mark Zuckerberg de 30 milliards.

Et en France ?

Les patrons du CAC40 ont vu leurs rémunérations exploser.

Christopher Viehbacher, pour Sanofi : 12,5 millions par an ;

Bernard Charles, pour Dassault Système, 11 millions ;

Eric Denoyer, pour Numéricable-SFR, 8 millions ;

Alexandre Bompard, pour Carrefour, 8 millions ;

Jean Paul Agon de L’Oréal, 8 millions, « parce que je le vaux bien » ;

Stéphane Richard pour Orange, 1,32 millions. Le pauvre.

Et Henri Proglio, pour EDF, 450.000 euros. Une misère, plafonnée parce qu’il s’agit d’une entreprise publique. Le pauvre !

*

Mieux, il y a les dividendes !

Avec un versement de 60,2 milliards d’euros de dividendes aux actionnaires en 2019, la France est devenue le plus gros payeur de la Zone euro.

Drôle de monde que ce monde !

Dans le même temps, la France compte :

– 1,8 millions de bénéficiaires du RSA (+ 33% en 10 ans) ;

– 3,2 millions de foyers n’ayant plus que la prime d’activité sont sortis des statistiques du RSA ;

– 1,1 millions de personnes bénéficiaires de l’Allocation pour handicap ;

– 1,4 millions sans droits ;

– Et 1,6 millions de personnes en situation de sous-emploi en France.

Au total – concluent IZAMBERT & JANVIER – plus de 15 millions de personnes en France sont sans emploi, travailleurs occasionnels, sous-employés ou pauvres.

L’examen de la population active en France métropolitaine – estimée par l’INSEE à 28 millions de personnes – permet d’évaluer le véritable taux de non-emploi total et précaire à plus de 55%.

*

Ces chiffres illustrent un type de société insupportable que nous devons totalement refuser.

Nous ne parlerons pas ici des paradis fiscaux, des systèmes bancaires tels que le « Shadow Banking », évalué à près de 99 000 milliards de dollars fin 2016, qui échappent à tout contrôle.

Cette « finance de l’ombre » doit être combattue ardemment.

Elle révèle bien plus que des profits.

Elle dit beaucoup sur l’esprit de notre monde.

Après avoir dit combien nous ne partageons ni la méthode, ni les objectifs de cette vision du monde, nous dévons nous interroger sur la philosophie qui la sous-tend.

*

La crise que nous vivons depuis des décennies s’apparente à un véritable « choc de Titans ».

La crise du COVID19 servira de prétexte pour avaliser des changements politiques et sociaux profonds et annoncés visant à garantir les profits de quelques-uns, toujours plus énormes, au détriment des autres. Mais plus encore.

Déjà, s’annonce « la Grande réinitialisation » – The Great RESET (3) – vaste plan pour accompagner l’adaptation de nos systèmes politiques et sociaux aux exigences  d’une compétition devenue mondiale, au service d’une caste – la « Hyper-hyper class mondiale » déjà décrite – annoncée par David Rothkopf (4).

Il faut soumettre « le parc humain » – l’expression est de Peter Sloterdijk (5) – à la domination d’une nouvelle élite mondiale.

Nous entrons ainsi dans une nouvelle ère de l’humanité où les outils numériques, les mesures biopolitiques vont permettre une domination totale sur le « Parc Humain ».

Nous devons donc nous interroger : « Est-ce bon pour nous ? Est-ce bon pour l’humanité ? »

D’évidence, nous sommes en train de changer de paradigme fondateur.

Plusieurs auteurs l’avaient déjà annoncé.

Je pense aux dialogues effrayants entre Léo Strauss et Kojève annonçant comme inéluctable « une révolte nihiliste pour faire régresser l’humanité à la condition misérable du paléolithique » afin « que tout recommence ».

Je pense aussi aux écrits de Zbigniew Brzezinski, constatant « l’éveil politique mondial » (6) comme source de nombreux troubles à venir et préconisant la création d’un appareil gouvernemental mondial oppressif pour assurer la pérennité de l’Oligarchie.

Faut-il – avec sourire – citer les maîtres du ZOHAR pour qui l’humanité est entrée dans la lutte finale entre « Gog et Magog », acte final des temps messianiques ?

*

Quelles que soient nos sources, nous devons comprendre que nous sommes aujourd’hui confrontés à une interrogation ultime !

Quel type d’humanité voulons-nous construire ?

Une élite mondiale doit-elle dominer une sous-humanité ?

Ou devons-nous construire – même sans naïveté aucune – une  humanité réunie, pacifiée, progressiste ?

Cette question se pose à chacun comme à nous tous !

*

Réunis ce soir, nous tentons de répondre à ces questions.

Ne croyez pas que nous soyons éloignés du sujet. C’est tout le contraire.

Nous sommes ici pour réaffirmer que chaque homme s’élève en citoyen, s’unit en peuple-Nation et décide pour le bien commun.

Cette vision de l’homme émancipé par la Raison pure reste pour nous le chemin essentiel pour construire notre future humanité.

C’est la raison pour laquelle nous affirmons ce soir que seul les citoyens réunis en Nation sont les détenteurs de la souveraineté.

*

Nous sommes réunis ce soir – bien sûr – pour dire cette vérité en souvenir de ceux qui nous ont précédé.

Nous fêtons ce mois-ci le 150ème anniversaire de la Commune de Paris, et Jacques Cheminade me rappelait il y a quelques jours que Marx et Engels avaient écrit regretter que les Communards aient oublié de s’emparer de la Banque de France.

Nous mesurons combien Marx et Engel avaient raison.

D’autres menaces guettent la France. Je pense à ce terrible mal français, celui de la division, et j’en terminerai par ces mots …

« Unissez-vous tous pour le salut public et pour rester une Nation indépendante ! (7) ». Par ces mots justes, Napoléon concluait ainsi sa lettre d’abdication, le 22 juin 1815.

Je pense qu’il avait totalement raison.

*

Gardons foi en la France. Gardons foi en la République.

Je vous remercie.

Jean-Luc Pujo*

_

Jean-Luc Pujo préside les Clubs « Penser la France ». Il est écrivain, rédacteur en chef du journal « Politique-actu.com », membre de la SGDL et  de la SACEM.

__

(1) «Après la Corse et l’Alsace, à qui le tour? Refusons l’engrenage des statuts à “la carte“» CHEVENEMENT et Benjamin Morel – http://www.politique-actu.com/elu/apres-corse-alsace-tour-refusons-engrenage-statuts-carte-chevenement-benjamin-morel/1806322/

(1b) « Pour un retour de l’honneur de nos gouvernants » : 20 généraux Français appellent #Macron à défendre le patriotisme ! 14 avril 2021;

(1c) “La lettre volée” nouvelle d’Edgar Alan Poe – 1844;

(2) « Le virus et le Président » de Jean-Loup IZAMBERT et Claude JANVIER, IS Edition, 2020 – http://www.politique-actu.com/actualite/virus-president-jean-loup-izambert-claude-janvier/1798523/

(3) “COVID-19: La Grande Réinitialisation” de Klaus Schwab et Thierry Malleret – http://www.politique-actu.com/actualite/covid-grande-reinitialisation-klaus-schwab-thierry-malleret/1806135/

(4) “SUPERCLASS: THE GLOBAL POWER ELITE AND THE WORLD THEY ARE MAKING” by DAVID ROTHKOPF http://www.politique-actu.com/actualite/superclass-global-power-elite-world-they-making-david-rothkopf/1333020/

(5) Les «Règles pour le parc humain» de Peter Sloterdijk – https://la-philosophie.com/sloterdijk-eugenisme-regles-parc-humain;

(6) Discours à Chatham House à Londres, 2009 (ancien Royal Institue of International Relations, contrepartie du Council on Foreign Relations situé aux Etats-Unis) ou « America’s Geopolitical Dilemmas ». Speech at the Canadian international Council and Montreal Council on foreign Relations : april 23, 2010

(7) «  Unissez-vous tous pour le salut public, et pour rester une nation indépendante » Palais de l’Elysée, le 22 juin 1815″. Abdication Napoléon 1er – 22 juin 1815

__

« Vœux 2021 aux Français » par Jean-Luc Pujo, président des clubs «Penser la France» + Vidéo

_

_

Plan général : Vœux à chacun des Français – Vœux à la Nation – Les trois crises (Crise de notre modèle énergétique et environnemental – Crise de notre modèle économique et financier  – Crise de notre système politique représentatif)  – Les deux incidents systémiques (le Covid19 : responsabilité totale des gouvernements – la présidence de Donald Trump : la bévue des Français) – L’état de conscience politique des Français est déplorable – Aucun leader d’opposition n’est à la hauteur des enjeux ( Ni Jean-Luc Mélenchon – Ni Marine Le Pen ) – Il faut réveiller le sentiment national chez les Français – Renverser le jeu, Renverser la Table – des Soubresauts ? La France en a vue d’autres – que le Peuple se lève – Tenez-vous prêts – La France ne supporte pas la médiocrité spirituelle – La France : Une grande Nation, un grand Peuple – Seul le Peuple est le souverain – « Le vent se lève… » – Meilleurs vœux 2021 à la France et aux Français.

_

« Vœux 2021 aux Français » par Jean-Luc Pujo, président des clubs « Penser la France »

*

Chers camarades et chers compagnons,

Chers amis,

En ce mois de janvier 2021, je tiens à vous présenter – au nom des Clubs « Penser la France » – tous nos vœux les meilleurs pour la nouvelle année.

*

Des vœux adressés à chacun d’entre vous, à vous-même et aux vôtres : Vœux de santé, de travail et de joies qui accompagnent l’amitié, la vie de famille et toute vie sociale épanouie.

*

L’année 2020 achevée fut une année particulière.

Elle restera à bien des égards une année importante, une année charnière.

*

Certains d’entre nous – il est vrai – ont perdu amis et parents, dans un contexte parfois honteux, sans pouvoir les accompagner  jusqu’au bout sous des prétextes imposés tout à fait contestables.

Nous devons avoir une pensée pour ceux des nôtres qui sont partis dans une solitude indigne d’une grande Nation.

*

De cette expérience pénible, nous devons tirer des leçons pour le présent et pour l’avenir.

Pour le présent, dire combien nous comprenons – plus que jamais aujourd’hui – que la dignité humaine est la véritable mesure de notre élévation spirituelle, que rien n’est plus essentiel que le respect de la vie, donc de la fin de vie de ceux qui nous ont précédés, de ceux qui ont su nous transmettre les quelques valeurs qui sont les nôtres aujourd’hui.

Pour l’avenir, dire que « plus jamais » nous n’accepterons ces conditions d’adieux ignobles.

Oui ! L’année 2020 a été – à bien des égards – pénible mais elle a été aussi une épreuve dont nous devons sortir renforcés.

Nous mesurons aujourd’hui avec plus d’acuité le sens de la liberté, de l’amitié, de la famille.

Peut-être – certainement – le sens de la vie.

C’est riches de toutes ces promesses que nous entrons dans cette année nouvelle.

*

Je tiens au nom des Clubs « Penser la France » à adresser – bien sûr – des vœux à la Nation, des vœux à la France.

*

La période qui s’ouvre est une période d’incertitudes et d’inquiétudes comme toutes les périodes de transition.

Vous le savez :

Crise magistrale de notre modèle énergétique et environnemental avec son lot d’interrogations inquiètes.

Comment penser progrès et développement, explosion démographique et gestion des ressources naturelles ?

Faut-il d’ailleurs accepter un impérium technoscientifique imposé à l’ensemble de l’humanité ? Certains en rêvent…

Nous pouvons sérieusement douter du bienfait de leurs intentions.

*

Crise magistrale de notre modèle économique et financier :

Crise du système monétaire international; crise du système Dollar ; endettement historique de nombreux États développés ; apparition de nouveaux types de monnaie … échappant aux États pour les concurrencer.

Dans le même temps, nous découvrons « par miracle », des offres de financements insoupçonnables de centaines de milliards d’Euros qui – hier encore – manquaient tant à la sauvegarde toute modeste de nos services publics…

L’endettement sans fin devient ainsi la panacée d’un système capitaliste viré en « Nef des fous »

« Toi qui prétends vivre d’emprunt:/ Les loups n’oublieront pas le terme / Et gare au coup de pied de l’âne ! » écrivait, il y a déjà plusieurs siècles, Sébastien Brant dont nous fêterons d’ailleurs en 2021, le 500ème anniversaire.

*

Enfin, et ce n’est pas la moindre,

Crise magistrale de notre système politique représentatif qui ne représente plus ni l’intérêt de notre peuple, ni l’intérêt de notre Nation.

Les Français n’y comprennent d’ailleurs plus rien.

Tous les processus de décisions sont pervertis par des mécanismes financiers et européens… qui nous échappent.

Au même moment, une politique d’intégration continentale européenne s’impose à marche forcée…

Les Français n’en veulent pas, ils le disent, et l’on feint de ne pas les entendre.

Jusqu’à quand ce viol de la Nation ?

*

Encore tout récemment, n’a-t-on pas vu les deux départements du haut et du bas Rhin fusionner pour former une collectivité territoriale nouvelle – Collectivité européenne d’Alsace (CEA) – contre l’avis même des citoyens consultés ?

Et vous vous souvenez – bien sûr – du Référendum de 2005 suivi du vote contraire du Congrès en 2008 ! Une forfaiture !

Quand les Français disent « Non » … les élites européistes entendent « Oui ! »

Ainsi va le « sens de l’histoire » … caricaturé au service de l’intérêt de quelques-uns contre l’intérêt de notre peuple.

« Le peuple ? … Mais à quoi ça sert ? » Proclament nos élites arrogantes et dégénérées.

Dégénérées à plusieurs titres … vous le savez maintenant.

*

Dans ce monde clos – où médias, classe politique, milieux d’affaires dansent une ronde diabolique – tout semblait pouvoir tourner sans fin … au service des mêmes.

Et voilà que patatras !

Voilà que surviennent deux incidents systémiques qui ont paralysé l’immense machinerie diabolique.

D’une part, la crise du COVID19, et d’autre part, la présidence américaine de Donald Trump.

Il nous faut en dire quelques mots.

*

La Crise du COVID19 tout d’abord.

Depuis des siècles, notre vieux pays, riche de son histoire sanitaire sait bien qu’une pandémie se combat classiquement par deux mesures essentielles :

1° dépistage massif de la population ;

2° isolement des malades que l’on soigne.

Or, vous le savez, la France n’avait ni test de dépistage ni masque de protection.

Vous connaissez la suite…

*

Un an après les tests, les masques… aujourd’hui les vaccins.

–          manque d’anticipation des contraintes logistiques ;

–          insuffisances des outils numériques ;

–          absence de lieux ad hoc ;

–          absence de doses ;

–          absence de vaccin Français ! dans la Patrie de Pasteur ! un comble ! et alors même que l’industrie pharmaceutique coûte aux Français « un pognon de dingue ! »

Fiasco, scandale d’État, mensonges d’État…

Avec un empilement de structures incroyables : « Conseil de défense sanitaire », couvert par le secret-défense, « Haute autorité de santé », « Conseil scientifique », « Direction générale de l’offre de soins », « Direction générale de la santé », « Direction générale de la cohésion sociale » en charge des EHPAD auxquels il faut rajouter : les différents responsables des campagnes de vaccinations, la CNAM, les A.R.S…

Et … Cerise sur le gâteau … un « Conseil citoyen » tiré au sort !

Si l’on voulait ridiculiser la France, ridiculiser son État, on ne s’y prendrait pas autrement.

Heureusement, nous avons un leader qui ne mâche pas ses mots. Il est furieux contre le Président de la République.

« (…) Ce n’est pas à la hauteur ni du moment, ni des Français » nous dit-il … « moi, je fais la guerre le matin, le midi, le soir. Et j’attends de tous le même engagement » proclame le grand leader Emmanuel Macron furieux contre le président de la République.

On rit. Mais pas trop.

A la fin 2020, seuls 44% des Français se disaient prêts à se faire vacciner. La France était 30ème sur 32 pays interrogés.

Moins de 40% des Français disent avoir confiance en l’État et son administration.

C’est bien sûr l’objectif : Détruire le cœur de la France, son État.

On rit toujours. Mais pas trop.

Les déclarations contradictoires, les mensonges, le bal des hypocrites et des faux-culs, le ridicule à un point insoupçonnable… Voilà notre situation !

Sans oublier les disparus : Mme Buzin, la « mal nommée » et l’inénarrable Sibeth N’Dia, la « bien-nommée » et tant d’autres … les Salomon, Veran, Castex, Castaner… et tous ces médecins et professeurs intéressés directement par les grands laboratoires notamment les professeurs Lacombes, Rey et Raffi…

Mais quelle indignité !

Tout cela prêterait à sourire … si n’était cette grossièreté.

C’est le règne d’« Ubu Roi » ou la France transformée en « absurdistan » !

Un gouvernement puis deux … On ne sait même plus qui tient – parmi tous ces hâbleurs, ces indolents – le rôle de Croquignol, Filochard ou Ribouldingue.

Une vraie bande de pied-nickelés !

*

Cette ironie, que cultivent tous les peuples forts qui raillent depuis toujours ceux qui prétendent les diriger, doit néanmoins être dépassée.

Il nous faut accéder –  par la raison politique – à l’analyse politique de notre situation…

Laquelle est-elle ?

Oui ! La responsabilité des « pouvoirs en place » est totale.

« Sourds aux appels des professionnels de santé et de l‘éducation, les pouvoirs en place ont obstinément poursuivi la transformation des services publics et de leurs missions, mise en œuvre insidieusement et vigoureusement par des agences gouvernementales chargées de les convertir aux logiques néolibérales » dénonce  avec raison l’intellectuel et psychanalyste Roland Gory.

Et cette responsabilité, ils la taisent !

«  Celle de la crise de l’hôpital et de ses dispositifs de soins générées par leur politique d’austérité, produisant des brèches dans le système de protection des populations et dans lesquelles le virus a pu s’infiltrer… »

Pire ! « L’hygiène devient une morale et une pédagogie des conduites. Elle permet la mise en place de dispositif de surveillance, de contrôle et de normalisation dans « la conduite des conduites » des individus » dénonce une nouvelle fois Roland Gory.

Et le tout imposé par des gouvernements technocratiques. Les pires.

Avec leur langage administratif, de ceux qui accompagnent l’effondrement de l’esprit… « Incapable de prononcer une seule phrase qui ne fut pas un cliché », comme le dénonçait en son temps Hannah Arendt.

Fascisme ?  Proto-fascisme ?

Notre système politique n’est plus démocratique.

D’ailleurs, tout le monde le constate : Les gouvernements se succèdent et rien ne change !

« C’est du nouveau toujours vieux et du vieux toujours nouveau » selon la formule jamais démodée d’Auguste BLANQUI.

Le summum de cette hypocrisie étant atteint par M. CASTEX en personne, lui qui officia auprès de Nicolas Sarkozy au service d’une politique de destruction de l’hôpital public Français soumis à une véritable dictature néolibérale… Il se présente aujourd’hui devant les Français comme le sauveur rigoureux et bien intentionné du mal qu’il a lui-même infligé à notre Nation.

Un peu de fierté et un peu de décence appelleraient ces Hommes à faire pénitence, à gagner quelques vieux monastères français où ils pourraient implorer le pardon de tous. Mais non.

Ces Hommes sans colonne spirituelle et morale n’ont honte de rien.

*

Après la gestion du COVID19, il nous faut examiner le cas « Donald TRUMP ».

Les Français ont tous détesté Donald TRUMP et ils ont aimé le détester.

Pourquoi cette bévue ?

Pourquoi n’avoir pas constaté que ce président des États-Unis rompait avec tous les axes – ou presque – de la politique américaine, axes que précisément tous les esprits éveillés et progressistes condamnent partout dans le monde et à juste titre.

Vous détestez l’impérium Yankee dans le monde ?

Donald Trump a désengagé les États-Unis de toutes les zones de conflits notamment en Afghanistan, au Moyen-Orient.

*

Vous détestez les guerres impériales menées par les États-Unis ?

Donald Trump est le seul président depuis des décennies à n’avoir déclenché aucune guerre.

*

Vous détestez l’OTAN en Europe ?

Donald Trump a mené une politique de rupture stratégique avec l’OTAN en Europe, qui précisément a effrayé tous les chefs d’État en Europe – à commencer par Emmanuel Macron et Angela Merkel – soutenus et financés par les réseaux OTAN et CIA.

*

Vous détestez les inégalités sociales aux États-Unis ?

Donald Trump a réduit comme jamais depuis 40 ans la pauvreté aux Etats-Unis.

Même les classes pauvres noires ont vu leur niveau de vie progresser, plus que sous Barack Obama.

Et vous vous étonnez de constater que le vote de l’électorat « noir » en faveur de TRUMP a été plus important en 2020 qu’il ne l’a été en 2016 ?

*

Vous détestez la paupérisation de la classe ouvrière aux États-Unis ?

En relocalisant les industries, Trump a augmenté le niveau d’employabilité et fait reculer nettement le chômage dans la classe ouvrière Etasunienne blanche et noire confondues.

*

Ainsi, nous pouvons le constater, tous les Français ont été victime d’un mirage magistral organisé à dessein.

Tous les Français ont obéit aux injonctions trompeuses de nos médias qui depuis 2016 ont rabâché des contrevérités et mis l’accent sur une personnalité atypique, tonitruante … seule capable de mettre au pas toute la classe politique américaine, qui – de droite et de gauche – règne à Washington  au mépris total du peuple américain car cette caste a d’autres ambitions planétaires avec  #BlackRock, #BigTech, #Fintech, #Citigroup-Google-Finance, #Apple, #GoldmanSachs … alliés aux #GAFAM et à #WallStreet.

*

Comment ne pas comprendre que Donald Trump a mené un combat, celui-là même que nous devons mener ici, en France, contre des élites totalement corrompues et entièrement financées par les mêmes réseaux transatlantiques.

Vous en doutez ?

Pour quelles raisons croyez-vous que Barack OBAMA et Hillary CLINTON ont appelé à voter pour Emmanuel MACRON en 2016 ?

Pour quelles raisons croyez-vous qu’Emmanuel MACRON a tout de suite célébré Joe Biden –  en pleine nuit, le 7 janvier 2021 – posant honteusement devant leur nouveau trophée, le drapeau américain ?

*

Mais pourquoi les Français ignorent-ils à ce point notre réalité ?

Les raisons qui ont poussé l’Ambassade des États-Unis à Paris à financer – depuis la présidence de Nicolas Sarkozy – des programmes de développement des minorités dans les banlieues françaises, entretenant ainsi le sentiment revanchard et haineux envers la France ?

Les raisons qui ont poussé – en 2016 – François Hollande, Laurent Fabius et Manuel Valls à autoriser la réouverture de bases OTAN sur le sol français, une première depuis 1967 ?

Pour quelles raisons ? Si ce n’est parce que toutes nos élites françaises sont étroitement liées aux forces que précisément Donald TRUMP a combattu avec ardeur car elles méprisent là-bas le peuple américain ; ici, le peuple Français !

*

Et quel spectacle pitoyable – encore récemment – de voir toute notre jeunesse ou presque défiler dans les rues françaises sur injonction des « Black Lives Matters » comme si l’histoire des Noirs aux États-Unis avait quelque chose à voir avec l’histoire des Noirs en France ?

Oubliant ainsi – il faut le rappeler une fois de plus – qu’en France, sous la IIIème  République, on élisait des députés Noirs au Parlement français alors qu’ils étaient brûlés vifs ou lynchés aux États-Unis ?

Et d’ailleurs, ce n’était pas des députés « noirs » mais avant toute chose, bel et bien des citoyens français, représentant de la Nation.

Que cela plaise ou non, notre histoire française est bien plus glorieuse que celle des États-Unis. Sur ce sujet, comme sur beaucoup d’autres.

Mais qui donc cherche à illusionner notre jeunesse ? A l’instruire à une réalité malsaine ?

*

L’état de conscience politique des Français est déplorable.

Notre peuple ne comprend plus rien sauf qu’il est floué.

Ses représentants – ceux de la majorité comme ceux de l’opposition – entretiennent une immense supercherie.

Aucun des leaders contestataires imposés par les Médias n’est à la hauteur des enjeux.

Ni Jean-Luc Mélenchon, ce révolutionnaire de salon, parlementaire depuis plus de 30 ans, qui injurie le président de la République puis court se vautrer à ses pieds comme un vulgaire caniche. Vous vous souvenez tous de ces images indignes à Marseille. Elles révèlent la nature profonde de cet homme corrompu et la nature de leur jeu : une répartition des rôles.

Ni Marine Le Pen, véritable satrape, héritière du parti paternel avant d’en évincer tous ses fondateurs. C’est moderne mais c’est indigne. Et surtout, cela en dit long sur la nature de cette personne… qui s’épuise en médiocrité tant intellectuelle que morale.

Il n’y a plus de leader d’opposition… pour le plus grand bien de ce système vicieux.

*

Alors « Finie la France » ?

Non !

De tout cela nous pouvons sortir par le haut… même si nous devons passer par quelques soubresauts.

La France en a vue d’autres…

*

Il nous faut réveiller le sentiment national chez les Français et nous préparer à renverser le jeu !

Et le plus sûr moyen de renverser le jeu, c’est de renverser la Table.

C’est ce qui explique notre présence sous l’ARC de TRIOMPHE en feu, un certain 1er décembre 2018.

C’était l’immense joie du peuple retrouvé chantant La Marseillaise.

C’est cela la France !

Quand sonne l’heure de la trahison puis de l’abandon … toujours le peuple se lève.

1789 !1793 ! 1830 ! 1848 ! La Commune de Paris comme la fraternité des tranchées de 14 !

Les combattants de l’Ombre, ceux de La Résistance française, qui tombèrent fusillés en hurlant « Vive la France » !

Oui ! De semblables moments approchent.

Où que vous soyez. Qui que vous soyez : tenez-vous prêt !

*

CONCLUSION

Pour terminer ces vœux, il nous faut reparler de la France. C’est notre conclusion.

Mal dirigée par des Hommes indignes qui ne l’aiment pas, qui ne l’aiment plus, la France est aujourd’hui une Nation malheureuse.

Car la France est une Nation qui ne supporte pas la médiocrité spirituelle.

Elle est la patrie de la Liberté-action, la patrie de l’Égalité-Action, la patrie de la Fraternité-action.

En dessous de ce triple objectif élevé, la France meurt comme on s’éteint d’avoir perdu toute raison d’être, d’être à soi, d’être au monde, plein de ce vague à l’âme… empli d’un sentiment intime et amer, le reniement de son propre destin.

La France est une grande Nation, portée par un grand peuple pour peu qu’on lui assigne le service des grands idéaux, ceux qui portent l’entière Humanité.

La France ne survivra qu’à cette condition … plus une.

Il faut redonner le pouvoir au peuple.

Car seul le peuple est le souverain.

*

A tous les Français en lutte, à tous ceux qui servent la France sur tous les théâtres du monde et à tous ceux des Français qui se désespèrent.

Nous vous disons … « Le vent se lève ! »

Bonne année 2021 à chacune et chacun d’entre vous tous !

Et Bonne année 2021 à la France !

Merci.

Jean-Luc Pujo*

_

Jean-Luc Pujo préside les Clubs « Penser la France ». Il est écrivain, rédacteur en chef du journal « Politique-actu.com », membre de la SGDL et  de la SACEM.

___

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

_

TAGS : #penserlaFrance, #jeanlucPujo, #voeux2021, #covid19, #donaldTrump, #Macron, #Merkel, #OTAN, #Unioneuropéenne, #GiletsJaunes, #GJ, #Giletjaune, #Republique, #hyperRepublique, #France

SAMEDI 26 Septembre 2020 : “Un nouveau CNR … ” ! Discours de Jean-Luc Pujo- Paris

[Photo : Manifestation du 26 septembre 2020 – Paris – Place de la République]

_

 

[VIDEO complète de toutes les interventions : Fadi Kassem – lancement / Anna Persichini (Front Syndical de Classe) – 2:35 – 8:52 /Bruno Drewski (Association républicaine des anciens combattants – ARAC) – 9:13 – 16:16 / Jean-Luc Pujo (Penser la France) – 16:20 – 28:40 / Fadi Kassem (PRCF) – 28:45 à 35:17]

__

TEXTE de l’intervention de Jean-Luc PUJO

(Penser la France)

« Bastille & Valmy, Maastricht, la République :

Construisons le nouveau CNR pour de nouveaux Jours heureux ! »

Manifestation du Samedi 26 septembre 2020 – PARIS – Place de la République

_

Cher(s) ami(s), cher(s) camarade(s), cher(s) compagnon(s),

C’est une immense joie de se retrouver en ce jour place de la République pour fêter ensemble la naissance de la République, ici à Paris où elle fut proclamée pour la première fois :

République de l’an I ! Le 22 septembre 1792 !

Nous devons cette initiative heureuse au collectif de « l’APPEL DU 29 MAI » avec nos camarades du Pole de renaissance du Communisme en France que nous devons remercier…

Comme nous devons remercier les milliers de responsables politiques, syndicaux et tous nos concitoyens signataires de cet APPEL !

*

Après le confinement généralisé de notre démocratie, comme un malheur n’arrive jamais seul, voilà qu’une infamie nouvelle se produit :

On prétend fêter la naissance de la REPUBLIQUE un 4 septembre !

On proclame son 150ème anniversaire !

MAIS quelle honte sur la France !

Quelle honte sur nous Français !

*

A vouloir ignorer notre histoire, – nous pouvons l’annoncer – la voilà qui resurgit – et probablement « la grande histoire » !

L’entendez-vous qui vient ?

Entendez-vous l’écho du peuple de France ?

Le grondement de notre peuple – celui qui marqua l’histoire du Monde dès 1789 ?

*

  1. MACRON, la REPUBLIQUE, c’est la REPUBLIQUE de l’AN I !

Et puisque vous ignorez notre histoire – ou faites mine de l’ignorer – la voilà :

Souvenons-nous ! Citoyens !

Au printemps 1792, les armées françaises connaissent leurs premiers revers ;

Le Roi en profite pour user de son VETO.

Les insurrections se succèdent : celle du 20 juin puis celle du 10 août ;

C’est alors l’arrestation de Louis XVI et son incarcération au temple ;

Dans le même temps, est convoquée une Convention nationale, une « constituante » élue au suffrage universel ;

C’est dans ce contexte que retentit dans l’Europe entière l’immense joie – celle de la victoire, le 20 septembre 1792 au Moulin de VALMY sur l’ennemi Prussien … « Déjà ! »

Le lendemain, le 21 septembre 1792, la Convention tint sa première séance : « Abolition de la Royauté » et proclamation de la « République, une et indivisible » !

C’est cela la Naissance de la REPUBLIQUE en France !

Elle fut accouchée dans le bruit et la fureur !

Celle de la Passion de tout un peuple pour la « Liberté, l’Egalité et la Fraternité » !

*

Pourquoi – M. MACRON – travestir aujourd’hui cette réalité ?

Celle-là même qui fonde notre histoire contemporaine ?

Celle d’un grand peuple qui doit être fier de son histoire !

*

 « Aujourd’hui, tout le monde se veut « républicain » !

La République est partout ! Tout le monde a ce mot à la bouche… »

Mais visiblement plus personne – pas même le Président de la République – un comble! – ne sait dire ce qu’est une République !

*

Pouvons-nous imaginer pire situation que celle d’aujourd’hui ?

La confusion partout ?

Le vol délibéré des mots ?

L’immense mascarade des présidents de la Républiques successifs ?

Des membres de gouvernements ne sachant même plus comment travestir leur trahison quotidienne de l’Idéal républicain…

La République déshonorée partout…

Dans nos Hôpitaux, dans nos commissariats, dans nos écoles, dans nos rues…

Quelle honte  pour la France !

Quelle honte pour nous, Français…

*

Mais alors c’est quoi la République ?

Il nous faut ici convoquer « JAURES »

« La République, c’est une méthode ! »

« C’est une méthode pour obtenir la plus haute efficacité possible de toutes les énergies humaines par la plénitude de la liberté ».

Oui ! JAURES  a raison !

*

Mais comment procéder à sa mise en œuvre ?

Il ne faut pas oublier que la République, c’est d’abord – et avant tout – « un principe » …

La République, c’est l’affirmation du « pouvoir du Peuple » en « Nation » !

C’est ce principe démocratique supérieur : « Le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple ! »

C’est le principe absolu – qui s’impose à tous – celui de la Souveraineté Nationale !

*

Mais la République … c’est aussi une « organisation particulière des pouvoirs ».

Parce que nos aînés Révolutionnaires avaient lu Montesquieu, ils affirment – et nous avec eux – la République c’est « la séparation des pouvoirs ».

Voilà ce qu’est la République !

*

Mais qu’avons-nous fait de la « République », notre bien collectif le plus précieux ?

Aujourd’hui… Le Parlement ne fait plus les lois : il est une simple chambre d’enregistrement des directives européennes et ne légifère plus que soumis à un ordonnancement européen corrompu.

Aujourd’hui…Le Gouvernement ne gouverne plus : il a pour fonction unique d’appliquer une feuille de route décidée et écrite à Bruxelles !

Aujourd’hui…Les juges – administratifs comme judiciaires –ne rendent plus leurs décisions « Au nom du peuple français » – mais appliquent un ordonnancement européen dicté par la CJUE et par la Cour EDH !

« Nos juges ne sont plus que des supplétifs de cours SUPRA-NATIONALES » dénonce ainsi – avec raison – le Conseiller d’Etat, Jean-Eric Schoettl.

Voilà notre situation !

Tous les pouvoirs sont concentrés aux mains d’organes technocratiques non élus, non contrôlés, non démocratiques : La Commission européenne et les Cours européennes.

*

Voilà notre réalité, notre triste réalité :

Il n’y a plus de Parlement souverain !

Il n’y a plus de Gouvernement souverain !

Il n’y a plus de Juge souverain !

En un mot : Il n’y a plus de République !

La voilà, la cause réelle de tous nos maux !

Et on s’étonne de la crise de notre Démocratie ?

MAIS quelle immense hypocrisie !

Quelle immense trahison que tous ces Hommes se proclamant « Républicains » alors qu’ils s’emploient chaque jour précisément à la détruire ?!

*

Et comment ne pas voir qu’en retenant cette date du 4 septembre –
M. MACRON participe pleinement à la destruction de notre socle commun, ce socle historique qui fait l’unité de la Nation !

Oui ! M. Le Président de la République – Il n’y a qu’une seule date à retenir quand on fête la République naissante !

La République, c’est la République de l’An I !

La République, c’est VALMY !

*

Et si M. MACRON – par cette faute volontaire – ne voulait tout simplement nous avertir de la suite de son programme ?

Et si le choix de cette date – le 4 septembre – n’avait pour secrète intention de nous annoncer la chute prochaine : celle de la collaboration avec l’Allemagne ? Celle de la soumission totale à l’ordo-libéralisme d’Outre-Rhin ?

Et si le choix de fêter la naissance de la IIIème République n’avait pour seul but que celui d’annoncer comme seule issue  pour la France, la chute de la IIIème République ?

Je veux dire : La collaboration totale avec l’Allemagne ? La soumission totale à l’Allemagne ?

C’est-à-dire – tout simplement – la fin de la France !

*

Comment alors sortir de ce piège infâme ?

*

Je voudrai ici d’abord convoquer un des plus grands juristes français : Léon DUGUIT.

Dans une de ces fameuses conférences de 1920 à l’Université de Columbia (New-York), celui-ci rappelle – que : « La nation française s’est constituée au cours des siècles et a conquis sa forte individualité contre l’Allemagne (…) pour ne pas être allemande. »

Et – je cite toujours Léon DUGUIT – « au lendemain de 14-18 – si vous aviez demandé à un Allemand pourquoi il  se bat … il vous aurait répondu « Deutchland über alles » « Pour que l’Allemagne soit au-dessus de tout » !

Et si vous aviez demandé au Poilu français la même chose, il vous aurait répondu : « Je me bats parce que je ne veux pas être un Boch ! »

Sentiment national d’une profonde abjection ? Vraiment ?

Le grand Professeur du Collège de France – Camille JULLIAN – rappelle les raisons pour lesquelles on se bat pour sa Nation :

Bien sûr – on se bat pour : « garantir sa sécurité ».

Mais on se bat aussi – et peut-être surtout – pour protéger « sa façon de comprendre la vie ».

*

Il me semble – Oui ! – que la France a donné au monde une si particulière et si belle « façon de comprendre la vie » que la Nation française ne peut pas disparaître dans un ensemble européen qui – quoi que vous fassiez – sera aujourd’hui et maintenant, une Europe allemande.

*

Alors ? Fin de la République ? Fin de la France ?

Comment l’accepter ?

*

Car quoi ?  « Nous sommes toujours là ! »

Oui ! « Nous » !  Le peuple, la Nation !

« Oui » ! Il reste encore le « Peuple », force indomptable et valeureuse quand elle est réunie en Nation !

Sauf à détruire cette Nation – et vous savez combien ils s’emploient chaque jour… depuis tant de décennies à défaire la communauté nationale par mille communautés encouragées… à ne retenir de notre histoire nationale que les erreurs – quelle nation n’en n’a pas commises ? – et à effacer patiemment tout le génie de la France, toutes nos espérances ? Toute notre grandeur ?

Notre « grandeur » ?

Oui ! Vous savez toutes ces valeurs supérieures qui font rayonner la France dans tout l’univers humain !

Celles qui peuvent légitimement fonder le sentiment de fierté nationale… parce que « Oui ! »  Nous pouvons être fiers d’être français !

Parce que nous sommes un « grand peuple » !

Parce que nous avons fait la Révolution !

Que nous avons porté haut un « idéal d’humanité partagé »…

*

Quelle Ignominie de prétendre le contraire et de faire industrie de la fin de la France !

*

Certains d’entre nous, ont eu la chance – maintes fois – d’interroger des anciens Résistants français – ces Femmes et ces Hommes – que nous admirons tant.

Que nous disent-ils ?

Aux pires heures du découragement, « Nous avions pour objectif premier de « Réveiller le sentiment national » chez les français ! »

Comment ne pas comprendre qu’à l’heure du danger cet objectif est essentiel ?

« Réveiller le sentiment national », c’est la condition première pour reprendre en main notre destin et refonder la République !

Aussi, nous pouvons ce soir lancer un appel à tous les Français et particulièrement à toute « notre jeunesse de France », un appel à toutes les « jeunes filles de France », à tous les « jeunes hommes de France ».

OUI ! Vous pouvez être fiers de la France !

OUI ! Nous devons travailler tous ensemble à réaffirmer la nécessité d’une véritable et pleine souveraineté française, base première pour refonder la République.

Voilà notre programme … Celui du nouveau Conseil National de la Résistance dont la France a tant besoin !

Il faut une fois de plus – encore et toujours – réaffirmer – contre toutes les oligarchies qui nous dirigent – que seul le peuple est souverain !

« Vive la République ! »

« Vive la France » !

Je vous remercie

Jean-Luc PUJO*

__

*Jean-Luc Pujo est écrivain, président des Clubs « Penser la France », rédacteur en chef du portail « Politique-actu.com », membre de la SGDL et de la SACEM.

_

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

__

PAGE de la manifestation:

http://www.politique-actu.com/opinion/samedi-septembre-2020-construisons-nouveau-pour-nouveaux-jours-heureux/1794130/

 

Mardi 22 septembre 2020 – Anniversaire de la proclamation de la République – Discours de Jean-Luc PUJO (Penser la France) Paris – Les Tuileries

___

« Anniversaire de la proclamation  de la République »

Le 22 septembre 1792 – Paris Les Tuileries –

Manifestation du 22 septembre 2020 organisée par André Bellon & Pour une Constituante.

__

Cher(s) ami(s), cher(s) camarade(s), cher(s) compagnon(s),

Nous voilà une énième fois rassemblés en ce 22 septembre pour fêter la naissance de la République, ici aux Tuileries où elle fut proclamée pour la première fois.

République de l’an I ! Le 22 septembre 1792 !

Nous devons cette initiative heureuse depuis plus de dix ans à André BELLON et à l’association « Pour une Constituante » que nous remercions chaque année pour ce rendez-vous politique symbolique donc important.

Merci André BELLON !

*

Et chaque année nous nous répétons parce que nous savons que «Toutes choses sont dites déjà, mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer » comme disait André Gide !

*

Alors recommençons … à expliquer le contexte historique et politique de la naissance de notre République.

Souvenez-vous !

Au printemps 1792, les armées françaises connaissent leurs premiers revers ;

Le Roi en profite pour user de son VETO.

Les insurrections se succèdent : celle du 20 juin puis celle du 10 août ;

C’est alors l’arrestation de Louis XVI et son incarcération au temple ;

Dans le même temps, est convoquée une Convention nationale, une « constituante » élue au suffrage universel ;

C’est dans ce contexte que retentit dans l’Europe entière l’immense joie – celle de la victoire, le 20 septembre 1792 au Moulin de VALMY sur l’ennemi Prussien …

« Déjà ! »

Le lendemain, le 21 septembre 1792, la Convention tint sa première séance : « Abolition de la Royauté » et proclamation de la « République, une et indivisible » !

C’est tout cela que nous fêtons aujourd’hui !

*

Mais aujourd’hui, pour « NOUS », c’est quoi « la République » ?

« Aujourd’hui, tout le monde se veut « républicain » !

La République est partout ! Tout le monde a ce mot à la bouche… »

Je prononçais ces mots – ici même en septembre 2018 – quelques semaines avant l’immense révolte des Gilets Jaunes

Pouvons-nous imaginer pire situation que celle d’aujourd’hui ?

La confusion partout ?

Le vol délibéré des mots ?

L’immense mascarade des présidents de la Républiques successifs ?

Des membres des gouvernements ne sachant même plus comment travestir leur trahison quotidienne de l’Idéal républicain…

La République déshonorée partout…

Dans nos Hôpitaux, dans nos commissariats, dans nos écoles, dans nos rues…

Quelle Honte  pour la France !

Quelle Honte pour nous, Français…

*

MAIS C’EST QUOI LA REPUBLIQUE ?

Il nous faut ici encore rappeler  « JAURES »

« La République, c’est une méthode ! »

« C’est une méthode pour obtenir la plus haute efficacité possible de toutes les énergies humaines par la plénitude de la liberté » [2]

Oui ! JAURES !

Mais comment procéder à sa mise en œuvre ?

Il ne faut pas oublier que la République, c’est d’abord – et avant tout – « un principe » …

La République c’est l’affirmation du « pouvoir du Peuple » en « Nation » !

C’est ce principe démocratique supérieur : « Le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple ! »

C’est le principe absolu – qui s’impose à tous – celui de la Souveraineté NATIONALE !

*

Mais la République c’est aussi une « organisation particulière des pouvoirs ».

Parce que nos aînés Révolutionnaires avaient lu Montesquieu, ils affirment – et nous avec eux – la République c’est « la séparation des pouvoirs ».

Voilà ce qu’est la République !

*

Mais qu’avons-nous fait de la « République », notre bien collectif le plus précieux ?

Aujourd’hui… Le Parlement ne fait plus les lois : il est une simple chambre d’enregistrement des directives européennes et ne légifère plus que soumis à un ordonnancement européen corrompu.

Le Gouvernement ne gouverne plus : il a pour fonction unique d’appliquer une feuille de route décidée et écrite à Bruxelles !

Les juges – administratifs comme judiciaires –ne rendent plus leurs décisions « Au nom du peuple français » – mais appliquent un ordonnancement européen dicté par la CJUE et par la Cour EDH !

« Nos juges ne sont plus que des supplétifs de cours supranationales » dénonce ainsi le Conseiller d’Etat, Jean-Eric Schoettl [3].

VOILA NOTRE SITUATION !

Tous les pouvoirs sont concentrés aux mains d’organes technocratiques non élus, non contrôlés, non démocratiques …

La Commission européenne et les Cours européennes.

*

Voilà notre REALITE, notre triste réalité…

Il n’y a plus de Parlement souverain !

Il n’y a plus de Gouvernement souverain !

Il n’y a plus de Juge souverain !

EN UN MOT : Il n’y a plus de République !

LA VOILA, la cause réelle de tous nos maux !

ET ON S’ETONNE de la crise de notre Démocratie ?

MAIS Quelle immense hypocrisie !

Quelle immense trahison que tous ces Hommes se proclamant « Républicains » alors qu’ils s’emploient chaque jour précisément à détruire la République !

Et ne vous y trompez pas !

La crise du COVID19 n’y change rien. Notre démocratie est plus que jamais masquée.

Quel symbole d’effondrement !

*

ALORS QUE FAIRE ?

*

Car quoi ?     « Nous SOMMES toujours LA ! »

Oui ! « Nous » !  Le peuple, la NATION !

« OUI » ! Il reste encore le « PEUPLE », force indomptable et valeureuse quand elle est réunie en NATION !

Sauf à détruire cette NATION – et vous savez combien ils s’emploient chaque jour… depuis tant de décennies à défaire la communauté nationale par mille communautés encouragées… à ne retenir de notre histoire nationale que les erreurs – quelle nation n’en n’a pas commises ? – et à effacer patiemment tout le génie de la France, toutes nos espérances ? Toute notre grandeur ?

Notre « Grandeur » ?

Oui ! Vous savez toutes ces valeurs supérieures qui font rayonner la France dans tout l’univers humain !

Celles qui peuvent légitimement fonder le sentiment de fierté nationale… parce que « OUI ! »  Nous pouvons être fiers d’être français !

Parce que nous sommes un « grand peuple » !

Parce que nous avons fait la Révolution !

Que nous avons porté haut un idéal d’humanité partagé…

*

Quelle Ignominie de prétendre le contraire et de faire industrie de la fin de la France !

*

Certains d’entre nous, ont eu la chance – maintes fois – d’interroger des anciens RESISTANTS français – ces Femmes et ces Hommes – que nous admirons tant.

Que nous disent-ils ?

Aux pires heures du découragement, « Nous avions pour objectif premier de « Réveiller le sentiment national » chez les français !

Comment ne pas comprendre qu’à l’heure du danger cet objectif est essentiel ?

« Réveiller le sentiment national », c’est la condition première pour reprendre en main notre destin et refonder la République !

Aussi, nous pouvons ce soir lancer un appel à tous les Français, à toute « notre jeunesse de France », un appel à toutes les « jeunes filles de France », à tous les « jeunes hommes de France ».

OUI ! Vous pouvez être fiers de la France !

OUI ! Nous devons travailler tous ensemble à réaffirmer la nécessité d’une véritable et pleine souveraineté française, base première pour refonder la République.

Voilà notre programme !

Il faut une fois de plus – encore et toujours – réaffirmer – contre toutes les oligarchies qui nous dirigent – que seul le peuple est souverain !

« Vive la République ! »

« Vive la France » !

Je vous remercie

Jean-Luc Pujo*

___

*Jean-Luc Pujo est écrivain, président des Clubs « Penser la France », rédacteur en chef du portail « Politique-actu.com », membre de la SGDL et de la SACEM.

__

VOIR TOUTES LES INTERVENTIONS DE LA MANIFESTATION

http://www.politique-actu.com/opinion/samedi-septembre-2017-manifestation-proclamation-republique-paris-tuileries-pour-constituante-andre-bellon/1747154/

“APPEL DU 18 JUIN” Discours de Jean-Luc Pujo – 18 juin 2020 – Paris

_

_

80ème Anniversaire de « l’Appel du 18 juin » – Intervention de Jean-Luc PUJO, président des Clubs “Penser la France” – PARIS.
Manifestation organisée par les Clubs “Penser la France” en présence de militants communistes (du PRCF), de militants gaullistes et républicains (Pour une constituante) et la présence du journaliste Richard Labevière (à titre personnel)
JEUDI 18 JUIN 2020 à 18H00
LIEU : 48 rue du Four, 75006 PARIS
devant l’immeuble où se déroula la première réunion clandestine du CNR en mai 1943*
*Rue du Four, la Résistance réalise son unité et, dès sa création, le CNR se range derrière de Gaulle. Le CNR n’est l’instrument ni de la droite ni de la gauche. Par sa composition même, il est le reflet de la France en lutte dans sa diversité.

___

TEXTE SOUS INTERVENTION

– Anniversaire de l’APPEL DU 18 JUIN –

18 juin 2020 – Paris – intervention de jean-luc Pujo*

__

Chers Compagnons

Chers Camarades,

Chers amis,

Tous les 18 juin, nous nous réunissons ici même – au 48 rue du FOUR (1) à Paris – pour commémorer une des pages les plus glorieuses de notre histoire contemporaine.

Nous nous réunissons ici pour « nous souvenir » et pour « nous inspirer »  comme toujours !

Nous souvenir – bien sûr – de cet appel du 18 juin 1940, quand un Général plein de panache lança de Londres un « Appel » à la Résistance et au Combat.

Des femmes, des hommes étaient déjà en train de se lever, partout en France, auteurs souvent isolés de gestes désespérés mais plein de courage.

Nous pensons, ici, bien sûr, à l’appel de Charles Tillon, le 17 juin 1940, donc la veille, au nom du Parti communiste clandestin…

Ainsi, petit à petit, vinrent les élans partagés…

Communistes, Gaullistes,  républicains fidèles à Valmy, militants monarchistes, syndicalistes respectueux de leurs revendications, socialistes dignes de l’héritage patriotique et internationaliste de Jaurès, chrétiens, laïques … « Ceux qui croyaient au Ciel et Ceux qui n’y croyaient pas » (2)… TOUS se rejoignirent dans le Conseil National de la Résistance (CNR) organisé par Jean MOULIN que nous admirons tant.

Ici et maintenant – nous voulons nous souvenir de ces Femmes, de ces Hommes, qui prirent le risque de la fidélité et de l’engagement :

« POUR LA FRANCE» !

« FORS L’HONNEUR » !

*

Nous sommes réunis ce soir – également – pour nous inspirer  dans un contexte plus que jamais inquiétant pour la France.

Comment – d’ailleurs – ne pas établir un parallèle entre l’effondrement de la France en 1940 et l’effondrement actuel de la France ?

Comment ne pas établir des similitudes entre deux situations par bien des aspects si différentes mais aussi tristes et aussi pathétiques et qui signent « la fin de la France » !

« Quelle étrange défaite ! » que celle de 1940.

« Quel étrange effondrement » que celui de la France en 2020.

*

Souvenons-nous, tout d’abord, si vous le voulez bien, de 1940, de la « drôle de guerre », pour laquelle on enseigne le ridicule de l’armée française alors que l’armée française se battit souvent avec rage :

Souvenons-nous de tous ces faits d’armes :

-La première bataille de chars, celle de Hannut en Belgique, fut une victoire française ;

-Le village de Stonne dans les Ardennes, changea de mains dix-sept fois en trois jours.

-A  Landrecies, deux chars lourds français mirent hors de combat plus de cent véhicules blindés allemands ;

-Tout le monde sait comment  le colonel de Gaulle réussit une  contre-offensive significative sur la Somme, arrêtée faute de soutien logistique ;

-Comment les cadets de Saumur bloquèrent plusieurs jours  40 000 allemands sur la Loire.

-Et l’arrêt  de l’offensive italienne sur les Alpes ? qui s’en souvient ?

-Ou encore la résistance acharnée du général de Lattre de Tassigny à Rethel ou du général Aublet sur l’Aisne,  les exploits d’aviateurs comme Maurice Arnoux…

-Et les tirailleurs sénégalais ? ceux qui grimpèrent sur les chars allemands pour abattre leurs conducteurs au  « coupe-coupe » !

-Et ces juifs Allemands au sein d’un bataillon de la Légion étrangère qui combattirent  jusqu’à être  entièrement décimés.

-Et les communistes ? Le 109e RI, composé en majorité de communistes, qui défendit héroïquement ses positions entre la Somme et l’Oise au point d’être cité à « l’ordre de l’armée » après l’armistice.

OUI ! Il y eu de nombreux héros au cours de la « bataille de France » !

Pour la France, 92 000 morts  au champ d’honneur, pour l’Allemagne, 50 000, plus qu’à aucun moment  de la première guerre mondiale.

Les pertes quotidiennes allemandes y furent supérieures à celles de la campagne de Russie  de 1941.

« Sur les 3.000 chars allemands, 1.100 furent  détruits ou endommagés, principalement par les Français ; sur les 4.000 avions allemands, 1.400  furent mis hors de combat  par les Français et les Anglais,  autant  qui manquèrent à la Luftwaffe dans la bataille d’Angleterre trois mois après » rappelle Roland HUREAUX citant le travail de Dominique LORMIER (3).

Pourquoi alors « l’armistice » ?

« Un peu partout, même au sud de la Loire, des unités isolées continuaient le combat, la population tentait de les en dissuader : à Bourges un officier qui voulait défendre la ville fut mis à mort  par les civils ! »

C’est alors que « L’esprit de résistance » qui perdurait encore  fut brisé quand  Pétain demanda aux soldats de   « cesser le combat » le 17 juin !

« ARMISTICE » que les Allemands n’acceptèrent que le 22 juin.

Cinq jours fatidiques : Sur les 1 million 500 000 prisonniers français, 1 million 100 000  furent pris entre le 18  et le 25 juin !

« IMPARDONNABLE ! » conclut Roland Hureaux et nous avec lui !

Pourquoi alors un tel effondrement ?

Pourquoi cette « étrange défaite » ?

Cette défaite ? Elle résulte des défaillances du commandement, loin du front, menée par une bureaucratie désordonnée, un Etat-major  cramponné à des conceptions stratégiques et tactiques erronées, corrompu par des promotions au sommet – politiques ou mondaines -, par la marginalisation des « vrais talents » ou des  « esprits non-conformistes » par tous ceux qui « faute d’idées propres ou par arrivisme », campaient sur la « pensée unique », violemment intolérants à toute déviance,  refusant  le   débat ou  la critique.

Mais quelle imposture que celle de VICHY !

Les mêmes hommes qui portaient presque entièrement la responsabilité du désastre prennent le pouvoir le 17 juin 1940.

–          Comment Pétain qui depuis vingt  ans faisait et défaisait les  carrières,  a-t-il pu apparaître alors  comme l’homme nouveau ? le sauveur ?

–          Comment Weygand, après sa nomination  à la tête des armées  le 19 mai  1940,  partisan de l’armistice dès le 25 mai, a-t-il pu mener de front la conduite de la guerre  et  la  préparation du changement politique ?

–          Comment le général Huntzinger, responsable de la charnière des Ardennes où il avait refusé des renforts  début mai, a-t-il pu  se retrouver Ministre de la guerre ?

Poussant plus loin encore le mensonge, les mêmes responsables  imputèrent la défaite, non point à leurs propres défaillances, mais bien sûr au « Front populaire » !

Conformisme, lâcheté des élites, soumission de la presse… il est vrai écrit MARC BLOCH que « les Etats-Majors du temps de paix n’étaient pas une bonne école pour le caractère ».

«  À nos classes dirigeantes, quelque chose a manqué de l’implacable héroïsme de la patrie en danger » conclut Marc Bloch

« S’il y eut une lâcheté française, elle fut – non pas au front –  mais plutôt – bien sûr – à l’arrière ».

« La crise de la moralité collective dans certaines couches de la Nation et les réactions de ces mêmes éléments contre la crise » ne pouvaient dès lors qu’annoncer la Collaboration.

 « Quelle étrange défaite » écrit MARC BLOCH !

Quel étrange « choix de la défaite » lui répond l’historienne Annie LACROIX-RIZ, que nous avons tous lu.

De cette histoire, avons-nous tiré leçon ? Visiblement « non » !

Comment ne pas voir les similitudes avec l’effondrement actuel de la France ?

Les mêmes causes ! Les mêmes effets !

Alors certes l’ennemi est tout autre – quoique ! –

Mais souvenez-vous de cette année 2020, de l’effondrement du gouvernement de la France face à ce nouvel ennemi : la pandémie sanitaire du COVID19.

–          Pas de masque ! Pas de gant ! de toute façon, ils ne servent à rien !

–          Pas de gel hydro-alcoolique ! de toute façon, vous pouvez le fabriquer vous-même !

–          Pas de test ! de toute façon, c’est pour les malades déclarés !

–          Pas de Chloroquine ! de toute façon, c’est un poison …

MAIS quel effondrement que ce nouvel effondrement de la France !

Quel effondrement que ces ministres corrompus, que ces ministres intéressés – personnellement intéressés – aux profits des grand Labo …

Quel effondrement que ces MEDIAS unanimes à réciter la voix seule d’un exécutif aux abois, de l’accompagner par le mensonge …

Comment autant de corruption, d’âpreté à repousser la Vérité ?

Et surtout Comment ? Comment ont-ils osé si ouvertement sacrifier l’intérêt général sur l’autel des intérêts particuliers ?

Autant mépriser le peuple  … Autant mépriser la Nation…

Mais quelle honte que cette nouvelle « collaboration » !

Et quelle honte de voir ceux-là même – comme en 40 – qui ont préparé, organisé, notre effondrement … revendiquer encore d’assurer la gestion d’un tel désastre ?

IL FAUT JUGER CES GENS-LA !

Et que dire alors de notre pauvre « Président de la République » ?

Celui qui illustra – à sa façon – autant l’impuissance intellectuelle d’un Paul RAYNAUD que l’impuissance institutionnelle d’un Albert LEBRUN.

Ne voit-on pas alors Emmanuel MACRON se préparer au discours ultime : « Je fais don de ma personne à la France » ! Il en rêve.

Ultime sauveur d’une France qu’il a tant travaillé à détruire lui-même.

Véritable Derviche-tourneur d’une identité française décomposée :

Ici, il détruit la France ! Là, il prétend honorer De Gaulle !

Mais quelle honte !

En cette période « proto-fascisante » – Oui ! – Emmanuel Macron n’a plus qu’un  seul programme : celui d’un Pétainisme moderne.

Mieux qu’en 1940, c’est tous les jours « Montoire », la soumission quotidienne à l’ordolibéralisme allemand, celui de Mme Merkel et de M. Olaf SCHOLF réunis.

Eh bien, organisons la réponse ultime que la France réserva au Maréchal : Pour Emmanuel MACRON, la « HAUTE COUR » !

*

OUI ! Les leçons à tirer aujourd’hui de cet « APPEL DU 18 JUIN » sont nombreuses.

L’effondrement militaire de 1940 fait aujourd’hui écho à l’effondrement politique et intellectuel du gouvernement de la France, celui-là même que nous avons vécu au printemps 2020.

Celui qui vit la population française entièrement confinée durant deux mois – comme on le faisait aux siècles précédents – pour éviter l’hécatombe hospitalière d’un hôpital public à l’abandon – la France encore en retard d’une guerre… par l’incurie de gouvernants imbéciles – ou pire – corrompus.

Le parallèle ne s’arrête pas là :

Comme en 1940, l’exécutif français a fui Paris en février 2020, car la fuite intellectuelle d’un gouvernement est tout aussi redoutable sinon pire : « mentir aux Français en donnant l’illusion que la France est dirigée »… Mieux, préconiser des gestes dangereux pour masquer l’incurie. Quelle honte !

Et pendant cette guerre, toujours cette France populaire au combat – valeureuse – éblouissante.

Tous ces soignants ! Tous ces pompiers, ces ambulanciers, ces caissières, ces personnels des EPHAD… ces Policiers… tous au front sans aucune protection.

Et tous ces gestes de solidarité dedans la France populaire, souvent exemplaire.

Quelle espérance … Quelle magnifique espérance …

Et aujourd’hui, PATATRAS, quel spectacle sidérant !

« A peine « déconfinée », la France se découvre « racialisée » place de la République, « ensauvagée » à Dijon ou encore menacée par une « Police » forcément « enfascisée ».

Quelle immense manipulation !

Quelle immense manipulation qui vise – ni plus ni moins – qu’à détourner notre action révolutionnaire ! Forcément révolutionnaire !

ALORS QUE FAIRE ?

Il faut d’abord s’organiser nous-même et travailler à éviter les pièges redoutables qui sont tendus aux Français, à la France.

Il nous fait préparer  l’émergence d’une nouvelle résistance, celle qui rappelle que tout ordre social et politique doit avant tout reposer sur l’Humain, c’est ce que nous avons préparé au sein du Nouveau Conseil Nationale de la Résistance depuis la trahison de 2008.

En cela, nos ainés ont de sérieuses leçons à nous donner à travers l’héritage du programme historique du Conseil national de la Résistance.

Aujourd’hui un ordre corrompu travaille à défaire la France, en défaisant la Nation par le communautarisme.

Aujourd’hui un ordre corrompu travaille à défaire la République, en défaisant une à une toutes  les institutions de la France à commencer par l’Etat, devenu impuissant, injuste et donc décrédibilisé.

Ils veulent la fin de la Nation ? Eh bien travaillons à refaire NATION !

Ils veulent la fin de la République ? Eh bien, travaillons à refaire République !

Cette volonté républicaine et nationale porte un nom : c’est ce que nous avons appelé – nous – « l’HYPER-REPUBLIQUE ».

Nous devons refonder le CONTRAT SOCIAL Français par la réaffirmation de nos trois valeurs cardinales : Liberté – Egalité – Fraternité.

Nous devons – dans le même temps – réaffirmer – quoi qu’il en coûte –que : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. »

AUCUNE DISCRIMINATION – d’où qu’elle vienne – ne sera tolérée.

Car c’est cela la France. Faut-il encore défendre la France, aimer cette France et aimer le modèle républicain Français.

*

A tout cela, il faut un préalable.

Il faut réaffirmer avec force contre les oligarchies européennes qui ont pris le pouvoir en France que :

« Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément ».

Le pouvoir au peuple.

Parce que nous comprenons – comme l’écrit l’intellectuel ROLAND GORY – que la France du printemps 2020  a connu un effondrement similaire à celui de juin 1940, Nous invitons tous les Français qui ont résisté durant ce printemps 2020 à rejoindre le Nouveau Conseil Nationale de la Résistance comme le firent – en juin 1940 – de très nombreux Français qui voulaient continuer le combat.

Nous invitons les Français – où qu’ils soient, quelles que soient leurs origines – à se lever, à s’organiser pour préparer la Libération de la France et la mise en place d’un nouveau programme National de la Résistance.

Unis, tous ensemble, nous devons reprendre le pouvoir afin d’assurer le triomphe des valeurs auxquels le peuple de France a toujours réaffirmer sa fidélité : Oui ! La République est une exigence.

La République – celle des Révolutionnaires comme celle de Montesquieu – appelle simplement – mais quel programme – le retour puis le triomphe de la Justice comme de la Vertu… au service du Peuple.

Voilà notre priorité en ce 18 juin 2020.

Au travail !

Je vous remercie.

Jean-Luc Pujo*

_

*Jean-Luc Pujo est écrivain et militant républicain. Il préside les Clubs « Penser la France ». Il est aussi rédacteur en chef du journal d’actualité en ligne « Politique-actu.com »

NOTES :

[1] Dans cet immeuble, au 48 rue du Four, se déroula la première réunion clandestine du CNR en mai 1943. La Résistance réalise son unité et, dès sa création, le CNR se range derrière de Gaulle. Le CNR n’est l’instrument ni de la droite ni de la gauche. Par sa composition même, il est le reflet de la France en lutte dans sa diversité.

[2] Inspirée de la formule dAragon – “La Rose et le Reseda”;

[3] Dominique Lormier, « Comme des lions – Mai-Juin 1940 , le sacrifice héroïque de l’armée française. »  Calmann-Lévy 2006, 326 pages.

 _

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

Source: www.penserlafrance.fr

« Relever la France ! Refaire des Hommes libres !» Discours de Jean-Luc PUJO – 21 septembre 2019

__

« Relever la France ! Refaire des Hommes libres !» Discours de Jean-Luc PUJO (Penser la France) – 21 septembre 2019 (PARIS – Les Tuileries)

Cher(s) ami(s),

Nous sommes réunis ce 21 septembre pour fêter – comme chaque année – la naissance de la République, ici aux Tuileries où elle fut proclamée.

Chaque année nous rappelons les faits historiques qui accompagnèrent et la Victoire de Valmy, le 21 septembre et la proclamation de la République le 22 septembre 1792.

Et chaque année nous remercions André BELLON et l’association « Pour une Constituante » pour ce rendez-vous symbolique, important.

Mais cette année, ce jour prend une dimension particulière.

La France connait – depuis bientôt une année pleine – une agitation politique et sociale sans précédent sous la Vème République.

Des Français, revêtus de Gilets Jaunes – en signe d’alarme – sont en train de réveiller la France.

Certains d’entre nous en sont et restent « Gilets Jaunes » depuis le 1er jour.

C’est le cas des Clubs « Penser la France » fidèles à cette insurrection sociale et politique – éminemment politique –  depuis le 17 novembre 2018 y compris le 1er décembre, où nous étions à l’Arc-de-Triomphe sous les gaz lacrymogènes !

Pourquoi ?

La France traverse – depuis maintenant plusieurs décennies – une immense crise politique dont le point paroxystique est daté.

C’est un véritable point de bascule – Ils ont osé ! – : c’est le vote par le Congrès en 2008 de la procédure de ratification du Traité de Lisbonne en contradiction absolue avec le vote des Français exprimé lors du Référendum de 2005 sur le Traité constitutionnel européen.

Ils ont osé !

Par ce vote – Ils ont osé ! – la classe politique dans son entièreté – ou presque – a effacé le vote du peuple souverain.

Par ce vote sacrilège, ils ont scellé la mort de notre contrat politique.

Depuis cette date, nous pouvons dire que – OUI ! – « le peuple de France est aux arrêts ! »

Aussi, tout naturellement, le 1er décembre 2018, sous l’Arc de Triomphe, quand le peuple rassemblé a chanté la Marseillaise – et nous avec lui –  nous avons pu écrire :

« Ici, en cet instant, le peuple a repris symboliquement le pouvoir ! Ici, en cet instant, le Peuple a fait serment ! Nous avons fait serment ! Pour la France !” 

Car OUI ! Assujetti, – assujetti jusque-là ! – le Peuple de France  – a d’abord et avant tout – besoin d’une « immense libération » !

Voyez comme elle vient !

Entendez comme elle s’annonce !

Car – Oui ! – Et quoi qu’ils fassent, nous sommes à la veille d’un immense soulèvement …

Il était temps !

La France, le peuple de France, n’est-il pas en train de mourir ?

N’assistions-nous pas en silence – bien sûr pas nous et pas ici –

N’assistions-nous pas en silence – dis-je – à l’effondrement de notre peuple ?

Avec toute cette France officielle empoisonnée par le Mensonge !

Au Gouvernement ? Le mensonge !

A l’Elysée ? Le mensonge !

Au Parlement ? Le mensonge

A Bruxelles ? Le mensonge !

Partout le mensonge.

Partout l’immense « désarmement des esprits » !

Et partout le triomphe de cet « esprit de vieillesse », alors que la France ne doit son salut qu’à son éternelle jeunesse.

Jeunesse de l’esprit ! Jeunesse de l’Idéal !

Et que précisément, c’est grâce à cette « jeunesse de l’idéal » que la France parle encore au Monde …

Mais qu’ont-ils fait de cette jeunesse de l’Idéal ? Plus rien !

Oui ! Il était temps que vienne le « grand sursaut » !

Car – Oui ! – Il nous faut travailler à relever la France !

Et relever la France, c’est avant tout travailler à refaire « des Hommes libres » !

Quelle immense tache !

Et comment ne pas voir dans la révolte qui – depuis des mois – agite les rues françaises, le retour d’une véritable conscience politique française ?

Heureux Gilets Jaunes !

Heureux peuple de France !

Grace à vous, la France était morte… la voilà qui ressuscite !

Et comment ne pourrions-nous pas – et particulièrement ici, ce soir – être emplis d’espérance ?

Et nous connaissons tous, ici le chemin à suivre !

Parce que nous devons travailler à refonder notre contrat social et politique !

Quelle meilleure idée que celle d’une grande CONSTITUANTE ?

Quelle meilleure idée que la rédaction de nouveaux Cahiers de Doléance ?

Nous appelons, une fois de plus à la création de comité de rédaction dans chaque COMMUNE de France.

Nous appelons, une fois de plus à la création de COMITE MUNICIPAUX pour refonder notre démocratie locale et nationale.

Redonner la Parole au peuple dans chaque COMMUNE !

Redonner la Parole à la NATION !

Voilà notre programme !

Je vous remercie.

Jean-Luc Pujo*

_

*Jean-Luc Pujo est écrivain, président des Clubs « Penser la France » et rédacteur en chef du journal en ligne Politique-actu.com

___

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

Source: www.penserlafrance.fr

“La Marseillaise” à l’Arc de Triomphe – VIDEO du 1er Décembre 2018 – #Giletjaune

GILETS JAUNES : Mouvement Citoyen et populaire !

“A ce moment précis, le peuple chantant LA MARSEILLAISE sous l’Arc de Triomphe, le peuple a repris symboliquement le pouvoir ! Ici, en cet instant, le Peuple a fait serment ! Nous avons fait serment ! Pour la France !” Jean-Luc Pujo

[Photo : 1er décembre 2018 – Jean-Luc Pujo – Arc de Triomphe – Paris 11h00/12h00 – Merci à nos camarades et compagnons – #penserlafrance]

*

Les Clubs “PENSER LA FRANCE” soutiennent le mouvement des Gilets Jaunes depuis le 17 novembre 2018 et ont participé à toutes les manifestations parisiennes sauf le 22 décembre 2018 où nous étions sur des ronds points en province, notamment en Languedoc.

A leur tête Jean-Luc Pujo, président des Clubs “Penser la France” a été de toutes les manifestations parisiennes notamment celle du 1er décembre à l’Arc de Triomphe.

Le Mouvement des Gilets Jaunes – malgré de très nombreux pièges tendus – reste un immense mouvement populaire et citoyen qui s’inscrit dans la longue et très grande histoire des mouvements populaires français.

Les Clubs “Penser la France” appellent depuis 2008 à un sursaut citoyen.  Ils ne pouvaient que soutenir ce mouvement immense, profond.

Souvenez-vous ! A cette date – 2008 –  le parlement réuni en Congrès, a effacé le vote référendaire du peuple souverain du 29 mai 2005, en totale trahison du peuple de France.

C’est une forfaiture commise par l’ensemble des partis politiques appuyés par des médias inféodés.

Les Gilets Jaunes apparaissent ainsi comme un élan salvateur, pouvant participer à la rénovation de notre démocratie profondément malade.

Rebâtir en profondeur notre République, voilà l’objectif essentiel.

La classe politique entièrement corrompue ne peut réaliser cette rénovation : il faut un profond bouleversement démocratique venu du peuple.

C’est toute l’espérance fondée sur ce mouvement démocratique populaire et citoyen qui n’en est qu’au commencement.

_

VOIR LA PAGE CONSACRÉE au mouvement des #Giletsjaunes auquel les Clubs “Penser la France” ont pleinement participé depuis le 17 novembre 2018.

http://www.politique-actu.com/repere/gilets-jaunes-mouvement-citoyen-populaire/1763712/

«Pour une refondation humaniste et républicaine contre le duopole LEPEN/MACRON» Discours de Jean-Luc Pujo – 29 mai 2019 – Paris (Penser la France)

___

MANIFESTATION du « 29 MAI »

Paris – Les Tuileries – Mercredi 29 mai 2019

_

Chers compagnons,

Chers camarades, Chers amis,

Le 29 mai 2005, les Français ont rejeté par référendum le projet constitutionnel de l’Union européenne présenté comme le summum de la modernité démocratique et du progrès humain.

Après ce vote – véritable séisme politique – les milieux d’affaires ont décidé de porter au pouvoir Nicolas SARKOZY pour corriger cette erreur honteuse.

Réunis en Congrès à Versailles, en février 2008, sur convocation du nouveau président de la République, Nicolas SARKOZY,  les partis  politiques – dans leur grande majorité –  ont adopté la révision constitutionnelle préalable à l’adoption du Traité de Lisbonne, véritable copier-coller de la Constitution européenne rejetée 3 ans auparavant par les Français.

Ce vote est une trahison infâme. C’est une trahison du peuple souverain – Une trahison de la Nation – Une trahison de la République.

Car nous le savons : « Seul le peuple souverain peut défaire ce que le peuple souverain a fait lui-même! »

Depuis ce vote indigne, nous nous réunissons ici aux Tuileries chaque « 29 mai » à l’appel d’André BELLON et de son association « Pour une Constituante », et chaque année nous le remercions pour cette initiative hautement politique.

Oui ! Le 29 mai 2005, reste un moment crucial où la Nation française a parlé !

Où « la France a fait entendre sa voix souterraine » comme disait GAMBETTA.

Ce jour-là, la France a dit « NON » ! Elle pensait « NON » ! Elle pense toujours « NON ».

Mais depuis le vote du Congrès de Versailles, en février 2008, la parole de la Nation a été confisquée.

Depuis la trahison du Traité de Lisbonne, nous pouvons considérer que « le peuple de France est aux arrêts ».

Aussi, ce soir, nous affirmons comme priorité et condition sine qua non : Acte 1, Il faut « Libérer le peuple de France ».

*

Cette année, notre manifestation prend une saveur particulière après des élections européennes lamentables qui en disent long sur la situation politique de notre pays, sur le malaise profond de notre démocratie.

Depuis des mois, certains d’entre nous participent au grand mouvement de colère politique des « Gilets Jaunes », c’est le cas des Clubs « Penser la France » ; d’autres continuent patiemment à tisser les liens d’une démocratie à refonder, c’est le cas justement de l’association « Pour une constituante ».

Toutes ces actions sont complémentaires. Il faut les poursuivre, les amplifier.

Cependant, nous ne pouvons pas ignorer les difficultés qui sont devant nous.

Ces difficultés sont multiples même si notre diagnostic est juste.

*

Il y a dix ans – Place de la Bastille – le 29 mai 2010, je dénonçais un « système de manipulation généralisée », un système de fascisme soft, une espèce de « FUNKY FASCISUM ! ».

« C’est moderne, c’est jeune, c’est branché … Mais c’est du fascisme. »

Mieux, aujourd’hui, nous pouvons constater que le système complexe de domination que nous subissons a élaboré et érigé jusqu’à sa propre contradiction.

Nous sommes tous piégés alors que nous nous croyons des Hommes libres.

Nous croyons choisir librement ce que le système a décidé – par mille ressorts tactiques, par mille modes d’influence – de nous voir sélectionner.

Nous sommes devenus des esclaves modernes dans un système technico-financier-industriel dont les mass-médias – véritables outils de manipulation sophistiqués – assurent le triomphe sans que nous ressentions la moindre impression d’assujettissement.

Les chaines sont invisibles, indolores, parce que nous « pensons » déjà enchaînes.

Nous pouvons ainsi affirmer comme priorité et condition préalableActe 2, Il nous faut « briser les chaines mentales qui nous sont imposées ». (…)

Le système maîtrise parfaitement son propre équilibre général en maîtrisant sa propre contradiction. Comment ?

Le face à face entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen résulte d’une construction totalement arbitraire et artificielle.

En effet, ces deux propositions politiques imposées par le système sont doublement vicieuses : d’une part, elles ne permettent pas de répondre aux enjeux nationaux et aux défis mondiaux actuels ; d’autre part, elles sont directement importées par le biais d’écoles de pensées étrangères à toute pensée politique française.

Je le répète : les deux options proposées par le système sont des options importées, étrangères au modèle français.

L’une, le Rassemblement National, hérité du Front National, irriguée par une profonde pensée d’extrême droite – même aujourd’hui maquillée aux couleurs d’un pseudo-républicanisme – puise son ressort idéologique dans une boite à idée étrangère : C’est la boite à idée de Steeve BANON.

C’est lui qui a instruit Marine LEPEN à la dichotomie Mondialiste/National-patriotes.

Elle n’a que ce modèle à la bouche depuis qu’elle l’a reçu de ce leader nord-américain.

L’autre, La République en Marche, véritable arlequin de la politique française puise son existence dans la déshérence de tous les autres partis politiques, rassemblant médiocres et ambitieux – j’allais dire tous les ratés – du parti socialistes, tous les ratés de l’UMP, tous les ratés d’Europe écologie les verts.

Le ressort idéologique du Macronisme puise tout autant que l’autre dans une boite à idée étrangère : C’est la boite à idée de la techno-banque-mondialisée, celles de Goldman Sachs et de Rothschild réunis.

Aussi, nous pouvons le constater : il n’y a plus de pensée française.

Nous sommes en train d’en finir avec le modèle français comme avec toute pensée politique française.

*

Mais alors il faut nous interroger …

Mais c’est quoi une pensée politique française ?

Précisément, c’est ce qui manque au fondement des deux idéologies qui nous sont imposées.

Ce qu’ont en commun les deux options imposées par le système dominant est complexe.

Elles ont en commun un manquement immense.

Aucune de ces idéologies ne relève du champ de la pensée humaniste française.

L’une – dite national/patriote – porte un humanisme dévoyé.

L’autre – dite techno-banque-mondialisée – est foncièrement un anti-humanisme.

Le divorce que nous vivons actuellement est bel et bien un divorce avec un modèle de pensée française hérité de la Renaissance et structurée dès le XVIIIème siècle par une pensée républicaine qui l’a décliné, encore jusqu’à très récemment à gauche avec le socialisme et le communisme ; à droite, avec la démocratie-chrétienne et le gaullisme.

Tout cela a cessé d’exister.

Un gouffre est ouvert devant nous.

ALORS « QUE FAIRE ? »

*

Les défis à relever sont immenses.

A l’époque moderne, chaque fois que la France s’est retrouvée en situation de faillite spirituelle et philosophique, elle a su puiser la force du sursaut dans ce grand courant humaniste et républicain.

Ce grand courant a encore sauvé la France aux pires heures de l’effondrement en 1940.

Le programme du Conseil National de la Résistance de 1943 est un programme hautement républicain et hautement humaniste. Qui l’a oublié ?

C’est cette force qui a fait la solidité intellectuelle, philosophique et politique d’une nouvelle grandeur Française.

Et c’est bien là que nous devons aujourd’hui puiser à nouveau l’essence d’un sursaut national.

Ce soir, nous pouvons dire que nous sommes vraisemblablement à la veille d’un cataclysme politique :

Les derniers résultats électoraux donnent à penser que la majorité des villes moyennes en France vont basculer en mars 2020 vers le Rassemblement National alors que les grandes métropoles vont basculer en quasi-totalité vers la majorité présidentielle.

Le pays est profondément divisé avec un taux d’abstention, de bulletin blanc et nul supérieur à 50%. Les Français – vous le savez- sont écœurés.

A cette division, s’ajoutera dorénavant une fracture territoriale exacerbée entre Métropole et territoire français.

Le jeu pervers imposé par un Système malade est en train – tout simplement – de détruire la France.

Plus que jamais, nous devons redoubler d’ardeur.

Plus que jamais, nous devons réaffirmer notre croyance en la République exemplaire – ce que nous appelons, nous, l’hyper-république au service d’une pensée humaniste retrouvée.

Acte 3 : Il nous faut travailler à refonder un grand mouvement humaniste et républicain prenant source première dans chacune des Communes de France.  La Commune est le cœur battant de la Nation.

C’est tout le travail mené par le Nouveau Conseil National de la Résistance auquel je vous invite à participer avec le souci de repenser les institutions à travers l’action essentielle de « Pour une Constituante ».

Gardons foi en la France.

Gardons foi en la République.

Je vous remercie.

Jean-Luc Pujo*

_

*Jean-Luc Pujo est écrivain, président des Clubs « Penser la France » et rédacteur en chef du journal en ligne Politique-actu.com

___

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

Source: www.penserlafrance.fr

11 Novembre – 50ème anniversaire – Magistral De Gaulle !

“Ne touchez pas nos traditions !” Olaizola

Un peuple et des traditions… La France.

Olaizola et les Compagnons

[Merci à Marie-Beatrix]