#POUTINE 2024 et #TRUMP 2024 : « Les piliers de la stabilité mondiale » (Penser la France) – 20 mars 2024

–  Communiqué National –

Mercredi 20 mars 2024 – 22h00

*

La réélection de Vladimir Poutine à la tête de la Russie – ce dimanche 17 mars 2024 – est une immense bonne nouvelle pour la paix mondiale.

Face aux soubresauts que la gouvernance mondiale inflige à l’Europe comme à la France, mettant en danger à plusieurs titres l’avenir commun de l’humanité, nous avons besoin de piliers militaire et diplomatique solides.

Une Russie libre est de nature à contrecarrer les plans de la gouvernance mondiale.

Mais cela reste insuffisant.

La réélection de Donald Trump à la Maison blanche en novembre 2024 est une condition indispensable pour assurer la paix dans le monde.

Conformément à l’analyse que les clubs Penser la France défendent depuis quinze ans – en totale opposition avec l’ensemble des partis politiques, des syndicats et des médias français sous contrôle OTAN – cette double élection 2024 est de nature à faire naitre une profonde espérance.

La France comme l’Europe sont totalement sous contrôle de l’OTAN, pilier de la gouvernance mondiale.

Il faut d’urgence libérer la France.

Des puissances indépendantes et conscientes de leurs responsabilités internationales, emmenées par Vladimir Poutine en Russie et Donald Trump aux Etats-Unis sont de nature à nous aider à remplir cet objectif essentiel.

Les clubs « Penser la France » encouragent les Français à recouvrer par tout moyen leur pleine souveraineté afin de garantir un avenir de paix à la France.

Un des actes majeurs des prochaines semaines consistera à refuser toute participation électorale aux prochaines élections du pseudo parlement européen.

La France souveraine doit absolument refuser toute compromission avec l’Union Européenne qui la corrompt pour la démanteler avec la complicité insupportable d’élites totalement corrompues.

_____________________

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

Source: www.penserlafrance.fr

 

 

 

 

 

 

#GAZA2024 : « Mort cérébrale des Nations-Unies – Fin de l’#ONU » (#PenserlaFrance) – 16 mars 2024

__

Communiqué national

Samedi 16 mars 2024 – Paris – 18H00

*

Avec plus de 30.000 morts à Gaza, l’intervention militaire de Tsahal – armée officielle d’Israël, Etat membre de l’Organisation des Nations-Unies – revêt un caractère tragique et insupportable.

Le silence des pays membres de l’OTAN signe l’échec magistral de l’Organisation des Nations Unies, impuissante à stopper la commission de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

La Charte de San Francisco peut dorénavant être considérée comme caduque. L’échec de l’ONU patent.

Le rôle absolument néfaste du Conseil de sécurité impuissant à respecter ses valeurs – à les faire respecter – doit être dénoncé. Le « droit de veto » a fini d’invalider l’ordre mondial accouché en 1945.

D’évidence, il nous faut organiser un nouvel ordre international.

Aujourd’hui, il nous faut réaffirmer solennellement notre croyance dans les valeurs fondamentales proclamées par la Charte de la SDN comme de l’ONU, retrouver l’ambition des pères fondateurs en réaffirmant comme priorité :

  • « Notre foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites» (Charte de l’ONU – 1945) ;
  • « De développer la coopération entre les nations et pour garantir la paix et la sécurité (…) ne pas recourir à la guerre, entretenir au grand jour des relations internationales fondées sur la justice et l’honneur, observer rigoureusement les prescriptions du droit international, reconnues désormais comme règle de conduite effective des Gouvernements» (Traité de Versailles – Pacte de la Société des Nations – 28 juin 1919).

Il faut bâtir un nouvel ordre mondial en consacrant le rôle essentiel des nouvelles puissances – notamment les pays des BRICS* – avec les grands pays africains, asiatiques et sud-américains.

Il faut enfin en finir avec le « droit de Veto » des membres permanents du Conseil de sécurité, en finir avec l’idée même de « membre permanent ».

*

Après cinq siècles de performances époustouflantes, la France n’a plus de diplomatie.

La France a failli, indigne du rôle que la communauté internationale a entendu lui reconnaitre en 1945.

Voix originale au service de la paix, la France est aujourd’hui une voix de surenchère, une voix de la guerre. Quel retournement tragique !

Depuis l’alignement total de notre diplomatie sur les désidératas étatsuniens – avec Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner – puis l’effondrement de notre diplomatie avant son démantèlement – avec Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian – la France a perdu tout crédit international.

Nous pouvons ici regretter le silence assourdissant de la haute fonction publique française et plus particulièrement des diplomates français qui ont assisté stupéfaits à la faillite du Quai d’Orsay, à l’abandon de sa culture légendaire, de son efficacité redoutable.

Quel silence insupportable.

*

Les clubs Penser la France appellent l’ensemble des dirigeants politiques français à retrouver l’ambition de construire un nouvel ordre international autour des valeurs fondamentales notamment de maintien de la paix et de la sécurité internationale, du développement entre les nations de relations amicales fondées sur le respect du principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes.

Ainsi permettre à la France de retrouver un rôle mondial en assurant la promotion de ses valeurs comme des nouveaux acteurs indispensables pour les servir.

A nous d’accoucher des nouveaux René Cassin ou Aristide Briand.

*

Nous savons que tout nouvel ordre mondial est accouché dans la douleur. 1919 comme 1945.

La première ambition française ne consisterait elle pas à faire mentir l’histoire ? À porter ce nouvel ordre mondial par la voie de la paix ? Eviter un nouveau conflit mondial ?

Et puisque, une fois de plus, tout finit par les commencements, redonner au Moyen-Orient un rôle central au service de la paix ? De la paix entre juifs et musulmans, chrétiens ? Israéliens et palestiniens ?

La question palestinienne est bel et bien notre « brèche socratique » (a) !

Dans cet esprit, les clubs Penser la France militent depuis plus de dix ans pour le déplacement du siège de l’ONU à Jérusalem, consacrée comme capitale mondiale de la paix (b).

La création d’un Etat palestinien viable au côté d’un Etat d’Israël – avant la mise en place d’une confédération régionale – ne pourrait-elle pas être proposée à la famille Rothschild qui finirait par l’accepter ?

La France élevée pourrait utilement travailler à ces nobles propositions.

Voilà de quoi bâtir une nouvelle et réelle ambition française : Travailler une nouvelle fois à la paix mondiale.

__

Notes :

  • (a) L’expression appartient au Philosophe Manuel DE DIEGUEZ.
  • (b) « Pour le transfert du siège de l’ONU à JÉRUSALEM ! » – Jérusalem sous statut international ! Capitale de l’Humanité ! Pétition Mondiale (PENSER LA FRANCE) – https://www.politique-actu.com/osons/jerusalem-onu/28/

(*) Les BRICS+ sont un groupe de dix pays : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, Égypte, Émirats arabes unis, Éthiopie et Iran.

_____________________

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

Source: www.penserlafrance.fr

 

 

 

 

 

 

« #Manouchian by #Macron : une profanation spirituelle et politique » (Penser la France)

_

Communiqué de presse

Mercredi 21 février 2024 – 5H00

 

Le 21 février 1944, Missak Manouchian et vingt-et-un membres de son groupe de Résistance, les FTP-MOI (Francs-Tireurs Partisans, Main d’Oeuvre Immigrée), étaient arrêtés et fusillés au Mont-Valérien. Olga Bancic, arrêtée elle aussi, fut décapitée quelques mois plus tard.

Dans sa lettre d’adieu, Manouchian disait son espérance : « Je suis sûr que le peuple français et tous les combattants de la Liberté sauront honorer notre mémoire dignement. »

Quelle serait cette mémoire digne si elle jurait avec l’esprit et la réalité du combat  de ces Hommes ?

Or, aujourd’hui, tout de la panthéonisation du couple Manouchian  jure avec cette réalité.

Comme hier, en 2007 – avec l’insupportable Nicolas Sarkozy instrumentalisant la mémoire du jeune résistant Guy Môquet – Emmanuel Macron tente avec Manouchian de taire la vérité –  l’appartenance politique symbolique des résistants de la première heure – au seul profit de l’identité arménienne de ce couple militant.

Un certain nombre d’intellectuels et d’historiens crient d’ores et déjà et tout naturellement au scandale !

« Panthéoniser les Manouchian », en les isolant de leur « groupe combattant, traqué, arrêté et torturé par la police française avant d’être livré à la Gestapo » et refuser de célébrer les 23 pour ce qu’ils ont été, des résistants communistes français et étrangers, juifs et non juifs, dont le « combat s’inscrit dans nos luttes antiracistes, antifascistes et anticolonialistes d’aujourd’hui », constitue une « trahison », pour l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) (1).

L’historienne Annie Lacroix-Riz rappelle à son tour qu’ « À Paris ou en région parisienne, cinq groupes étaient chargés des attentats. Dans celui de Missak Manouchian, un des deux Arméniens des 23 militants condamnés par un tribunal militaire allemand et des 22 exécutés en février 1944 au Mont-Valérien, figuraient six juifs polonais, dont Marcel Rajman, trois juifs hongrois, une juive roumaine, Olga Bancic, cinq Italiens, un Espagnol, deux Polonais et trois Français non juifs. (…) L’action armée, qui visait, à Paris, à transformer la capitale de plaisir de l’occupant en enfer, et qui y parvint, s’inscrivait dans l’action armée générale des Francs-Tireurs Partisans, français et MOI, à travers la France (…) Les sabotages d’usines et de voies ferrées, calamiteux pour les transports et les effectifs de la Wehrmacht, surtout dans le Sud-Est et le Sud-Ouest, eurent un « effet » redoutable. Ils posèrent les métallurgistes et les cheminots en fer de lance contre l’envahisseur des ouvriers de France, français et immigrés ». (2) (3)

L’historienne émérite poursuit : « Les groupes « urbains » de combat se livraient aussi à ces actions, tel « Carmagnole-Liberté » de Lyon et du Sud-Est. Son seul survivant communiste, Léon Landini (4)(5)(6), 98 ans, qui en a conservé le drapeau n’a jamais été personnellement contacté par les services de la présidence de la République ». Une honte comme un aveu.

Avec cette profanation spirituelle et politique, que cherche-t-on à occulter ?

«  Personne jamais ne pourra ternir l’amitié qui nous lia, juifs et chrétiens Français, Arméniens, Polonais et Allemands de la M.O.I et de la FTPF. Camarades parce que Communistes et patriotes, parce que hommes et femmes épris de liberté et de paix » écrivait Max Léon(7) Capitaine FTPF en 1984.

Personne ?

Emmanuel Macron opère bel et bien un véritable détournement de la réalité, en violation de l’héritage communiste de la France, en violation totale de la réalité historique et surtout de l’esprit de ces hommes qui se sont engagés pour la France au péril de leur vie.

Ainsi, nous comprenons qu’en occultant la nature profonde de l’engagement communiste de ces Hommes, les néolibéraux qui nous gouvernent tentent de falsifier notre réalité historique et en cela, nous insultent deux fois : ils insultent ces Hommes morts pour la France ; ils insultent leurs héritiers : tous les Français libres qui se sentent redevables de leurs combats.

Les Clubs Penser la France déplorent la falsification historique opérée par le président de la République, Emmanuel Macron, et invitent tous les Français à s’interroger sur l’intention dissimulée de ce détournement.

L’hommage à Missak Manouchian ne pouvait être autrement qu’un hommage à cette classe ouvrière aux multiples origines – pour beaucoup militants communistes – éprise de liberté, « restée dans sa masse fidèle à la patrie profanée » (Mauriac).

Comment accepter – une nouvelle fois – de voir piétiner le « Parti des fusillés » ?

__

  • +
  • Interview sur BLAST : « PANTHÉONISATION : COMMENT MACRON A REFUSÉ D’INVITER LE DERNIER CAMARADE VIVANT DE MANOUCHIAN »
  • *

_____________________

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

Source: www.penserlafrance.fr

 

 

 

 

 

« Badinter, Delors, Veil : les vaches sacrées de la France effondrée » (Penser la France) – 15 février 2024

[Photo : Robert Badinter, Jacques Delors et Simone Veil]

_

Communiqué national

Jeudi 15 février 2024 – 5h00

« Les vaches sacrées font les meilleurs hamburgers »

Marc Twain

*

La disparition de ces trois personnalités incontournables – et le lamento pénible qui les accompagne – n’en finit pas d’exaspérer tout patriote Français.

Badinter, Delors, Veil sont à l’image de notre triste période : pas d’écrivain, pas d’intellectuel, pas de visionnaire.

Tous ont d’ailleurs terminé leur vie par une apologie suffocante de l’occupant méphistophélique de l’Elysée. Tout est dit.

Bénéficiaires d’une médiatisation surréaliste et théâtreuse depuis 40 ans, sans véritable projet d’élévation et d’émancipation nationale, ces personnalités omniprésentes sont devenues les vaches sacrées de notre modernité en toc.

 Mais que d’échecs sous d’apparents succès !

– L’avènement de l’Europe post nationale n’en finit pas de détruire l’Etat et pour finir la Nation ;

– L’abolition de la peine de mort – sans peine de substitution – a provoqué l’effondrement douloureux de l’architecture de notre système pénal français avec les conséquences immenses que nous ne finissons pas de payer ;

– La promotion insensée du droit à l’avortement –  qu’il ne s’agit nullement ici de remettre en cause – devenu contraception généralisée, menace maintenant notre pérennité. Rien que cela.

Trois idées magistrales – trois projets de morts – Fin de la France.

En réalité tout a été fait – c’est le projet dissimulé – pour affaiblir la France, notre Nation ; mieux, la vider de toute ambition, de toute culture de Puissance.

Car la pérennité de la France a bien quelque chose à voir avec la notion de Puissance.

Imagine-t-on les Etats-Unis, Israël, la Russie, la Chine… renoncer à ce qui fait l’apanage de l’Etat Nation ? De sa toute-puissance ? Le droit de vie et le droit de mort ? La puissance de la démographie ? Le droit de battre monnaie ? Celui de  faire la guerre ?

Mais qui donc cherche – une fois de plus – à en finir d’avec la France ?

Président du Conseil constitutionnel ; président de la Commission européenne ; présidente du Parlement européen : ces trois personnalités ont pleinement œuvré à la défaite de la France, à la soumission de notre ordre juridique et politique national à un ordre paneuropéen, chargé de la démanteler.

Dans l’intérêt de qui ? Au service de quelle chimère ?

Nos trois hérauts ont été ni plus ni moins que les artisans identifiés de notre faillite magistrale.

Et vous prétendez les honorer ?

Patriotes Français, ce sera sans nous.

_____________________

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

Source: www.penserlafrance.fr

« Cérémonie d’hommage aux victimes françaises des attaques terroristes du 7 octobre en Israël : L’esprit post-républicain d’Emmanuel Macron !» (Penser la France)

_

Communiqué national

Mercredi 7 février 2024, 19h00.

La Cérémonie d’hommage aux victimes françaises des attaques terroristes du 7 octobre en Israël porte un message absolument contraire à l’esprit supérieur républicain qui ne peut s’autoriser à distinguer les morts en fonction de leur croyance et de leur appartenance communautaire.

En limitant cet hommage à une seule partie de notre communauté nationale, le président de la République affirme ainsi distinguer les Français selon des critères fondamentalement contraires à la tradition républicaine.

Ce signe de privilège envers la communauté juive – au dela de la réponse à l’émotion légitime d’une partie d’entre ses membres – va rapidement apparaitre comme un immense piège pour les juifs de France et les Français juifs ainsi relégués à leur seule appartenance et à leur seul lien avec Israël.

Cette distinction est un piège pour les Français, pour les Français les plus précieux qui précisément – fidèles à l’esprit républicain supérieur –  entendent rejeter toute distinction.

De nombreux Français – de toutes confessions – ont été choqués par les actes terribles commis par le Hamas. Ils sont aussi choqués par le massacre de civils palestiniens par l’armée israélienne – femmes et enfants, musulmans et chrétiens – dont certains Français,  que rien de sérieux ne peut exclure d’un hommage national républicain.

La participation des corps constitués, des artistes, des médias et des partis politiques français – dans leur entièreté – à cette cérémonie post-républicaine illustre la perte de sens républicain qui frappe la classe sociale – le clan – qui aujourd’hui dirige la France.

La France ne peut accepter cette hémiplégique politique et spirituelle qui menace fondamentalement sa santé démocratique.

Les Clubs Penser la France condamnent totalement cette dérive catastrophique et encouragent les Français à réaffirmer leur attachement profond à l’idéal républicain en militant partout où cela est possible pour une nécessaire reconquête hyper-républicaine.

_______________________

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

Source: www.penserlafrance.fr

« SOUTIEN aux Agriculteurs ! Convergence des Mouvements de Résistance ! » #PenserlaFrance – vendredi 26 janvier 2024

_

Communiqué national des Clubs Penser la France

Vendredi 26 janvier 2024, 05h00

 

La mobilisation historique des agriculteurs français  appelle le soutien indéfectible de la Nation !

Parce que l’indépendance alimentaire de la France est stratégique et cruciale, nous devons tous nous mobiliser pour une agriculture française forte !

Dans le même temps, d’autres Français en luttes défendent des secteurs d’activités essentiels, aujourd’hui menacés.

Les mêmes causes engendrent les mêmes effets !

Nos gouvernements imposent à notre peuple des choix décidés ailleurs !

Nous disons STOP !

Nous appelons tous les Français en lutte à la convergence des mouvements !

Ensemble, réaffirmons que seul le Peuple est le souverain !

Tous ensemble, agriculteurs, pêcheurs, travailleurs du BTP, soignants hospitaliers, travailleurs de l’énergie (pétrole, gaz et électricité), taxis, transporteurs public et privé, militaires et policiers écœurés, agents des services publics en déliquescence, postiers, agents de la grande distribution sous-payés, commerçants étouffés par les Taxes, enseignants … et tous les mouvements de Résistances des dernières années (notamment les Gilets Jaunes), organisons les convergences de tous les mouvements en lutte légitime.

TOUS A PARIS à compter du LUNDI 29 janvier 2024 !

Citoyens, reprenons la parole !

Citoyens, reprenons le pouvoir !

_______________________

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

Source: www.penserlafrance.fr

*

 

 

 

 

#Europeenne2024 : Appel au boycott citoyen des élections européennes du 9 juin 2024 !

_

Le 18 janvier 1957, Pierre Mendès France, opposé à la Communauté économique européenne (CEE, ancêtre de l’actuelle UE), affirmait de manière prémonitoire : « L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement « une politique », au sens le plus large du mot, nationale et internationale. »

67 ans après, au moment où le Parlement européen puis l’Assemblée nationale ont adopté une résolution dite de « révision des traités européens » en faveur du « saut fédéral européen », la sinistre prophétie de Mendès-France se réalise. C’est pourquoi, pour les « élections européennes » du 9 juin 2024, la seule option démocratique et salvatrice pour les travailleurs est le BOYCOTT CITOYEN MASSIF, auquel appellent les signataires de cet appel à diffuser et à signer massivement. Un appel auquel le Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF) honorera de toutes ses forces en animant une campagne en faveur du BOYCOTT CITOYEN MASSIF !

Dangereuse pour la démocratie et la paix continentale ;

Négatrice des conquêtes sociales, des services publics et du produire en France ;

Destructrice des nations souveraines et de leur indispensable coopération ;

Antinomique de toute transition environnementale véritable ;

L’Union européenne (U.E.) servie par Macron et arrimée à l’O.T.A.N. mène la France à la catastrophe sociale, nationale et démocratique. Généralement boudé par les classes populaires, le scrutin européen n’a d’autre but que de doter d’un semblant de légitimité démocratique cette incurable « construction » oligarchique qu’est l’U.E. 

Dès lors, pour rendre l’initiative sociale aux travailleurs et aux citoyens de France et d’Europe, pour restituer à notre peuple la maîtrise de son avenir, pour construire une République française sociale, démocratique et souveraine engagée pour la paix, pour le progrès social et pour des échanges régulés avec tous les pays du monde, il faut qu’éclate au grand jour l’illégitimité de la mortifère « construction » euro-atlantiste. 

Pour cela, dans la diversité de leurs sensibilités républicaines, les signataires de ce texte appellent au BOYCOTT CITOYEN MASSIF DU SCRUTIN EUROPEISTE DU 9 JUIN 2024.

APPEL AU BOYCOTT CITOYEN

DES ELECTIONS EUROPENNES

du 9 juin 2024

*

– Instituée par les funestes Traités de Rome (1957) et de Maëstricht (1992), relancée et aggravée par le très illégitime Traité de Lisbonne (que Sarkozy et Hollande ont imposé ensemble en 2007 en violant le Non populaire de mai 2005 à la Constitution européenne), la « construction européenne » était censée apporter aux peuples la paix, la prospérité et le progrès social. Or, c’est le contraire qui s’est produit :

  • arrimée à l’O.T.A.N. et vassale des U.S.A., l’U.E. a aidé au dépeçage guerrier de la Yougoslavie. Aujourd’hui, l’U.E.-O.T.A.N. soutenue par Macron, par les L.R., par le P.S. et les Verts, et aussi désormais de manière assumée, par le Rassemblement lepéniste, se conduit en vrai boutefeu international. Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen appuie servilement Washington dans sa politique de surarmement et de relance des militarismes allemand et japonais en vue d’un « conflit global de haute intensité » avec la Russie et la Chine. Au Proche-Orient, les U.S.A., l’U.E., l’O.T.A.N. et le régime euro-vassalisé de Macron promeuvent un deux poids deux mesures arrogant qui verrouille toute issue pacifique fondée sur le droit international : tout cela peut mener à une Troisième Guerre mondiale potentiellement exterminatrice pour la France, l’humanité et l’ensemble du vivant !
  • – l’économie européenne stagne et se soumet étroitement aux U.S.A., lesquels torpillent toute coopération industrielle entre l’Ouest et l’Est de notre continent, mais aussi entre les pays de l’Europe, de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique latine… En outre, les dogmes néolibéraux sur lesquels repose la monnaie unique européenne, celui notamment de l’ « économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée« , ruinent nos services publics (Energie, rail, Poste, hôpitaux, Education nationale, Recherche…), dévastent le produire en France industriel, halieutique et agricole et poussent en permanence à la « réduction du coût du travail »: comme si le travail était un fardeau pour la société et non le fondement même de sa richesse ! Dès lors, la précarité et la pauvreté des couches populaires et moyennes s’aggravent, les acquis de 1945 sont liquidés (Sécu, retraites par répartition, statuts, conventions collectives, Code du travail…) alors que les grands actionnaires s’enrichissent démesurément !
  • – le pouvoir réel est de plus concentré entre les mains d’eurocrates inféodés à Washington, à Berlin, sans oublier les grands actionnaires du C.A.C. 40. Du reste, les Traités européens verrouillent la démocratie en prescrivant aux peuples un cadre néolibéral et en leur interdisant toute espèce de marche au socialisme ! En outre, le « Parlement » européen ose placer sur un même plan le Troisième Reich exterminateur et le communisme historique qui l’a combattu : en réalité, l’U.E. collabore sans honte avec des gouvernements qui, de Kiev à Rome en passant par les Etats baltes, célèbrent insolemment Mussolini, Bandera ou Hitler. Non seulement l’U.E. et les euro-partis qu’elle subventionne ne font pas « barrage au fascisme », mais la frontière censée séparer les forces européistes des partis ouvertement xénophobes et fascisants s’efface chaque jour un peu plus, y compris en France ! 
  • – non seulement l’U.E. n’a pas aidé au rayonnement des cultures et des langues nationales d’Europe, mais elle s’aligne en permanence sur les normes régressives des U.S.A. en matière socioéconomique comme dans le domaine culturel ; par ex. la Commission européenne travaille à faire de l’anglo-américain la langue officieuse, et bientôt, officielle, des institutions communautaires, faisant peser d’énormes dangers sur l’avenir des langues française, italienne, allemande, espagnoles, portugaise, polonaise, grecque, etc.
  • – la « construction » européenne coïncide avec le projet impérial d’ « Europe des régions » ; repris par Macron et par les forces euro-séparatistes de France sous l’appellation de « Pacte girondin », ce projet mène au démantèlement euro-régionaliste rapide de la République une, laïque et indivisible héritée de la Révolution française ; et cela au profit d’une série de féodalités régionales ou de « métropoles » mortelles pour nos services publics, nos grilles salariales nationales et notre protection sociale… si ce n’est pour l’existence même de notre pays !

Il devient donc vital de dénoncer l’illégitimité radicale de cette « construction » européenne foncièrement antidémocratique et, à sa suite, de démasquer les forces politiques qui la relaient en France, de la Macronie euro-béate aux diverses écuries de la fausse gauche euro-ralliée. Sans oublier l’extrême droite (moins patriote que xénophobe !) qui, à l’image des Le Pen et autre Zemmour, avalise désormais ouvertement l’U.E., l’O.T.A.N. et la monnaie unique afin de complaire à l’oligarchie financière…

Pour que le mouvement populaire reparte à l’offensive dans notre pays, pour qu’émerge en Europe, non pas une illusoire « Europe sociale » que les carcans de l’euro, de l’U.E. et de l’O.T.A.N. prohibent structurellement, mais une Europe des luttes pour le progrès social, pour qu’émerge une alternative de progrès opposée à la fois à Macron et à l’extrême droite qu’il promeut du reste cyniquement, nous appelons à boycotter activement et massivement le scrutin européiste du 9 juin. En effet, la majorité des travailleurs se moque de savoir lequel des partis de l’Arc euro-atlantique arrivera en tête d’un euro-scrutin de dupes dont l’unique enjeu participatif est de justifier le « saut fédéral européen » imminent en privant définitivement les peuples d’Europe de toute souveraineté.

Au contraire, le boycott citoyen associé aux luttes populaires montrera que le peuple français ne consent pas à son euro-démolition et qu’il rejette à la fois l’U.E. et son docile vassal Macron, l’euro-casseur de nos retraites, le démolisseur des indemnités chômage et le grand matraqueur de Gilets jaunes et des syndicalistes de lutte.

Le 9 juin, en faisant la grève générale des urnes et refusant majoritairement de cautionner le scrutin européiste, notre peuple redynamisera les résistances sociales et donnera le coup d’envoi d’une irrésistible rupture progressiste à laquelle aspirent le monde du travail, la jeunesse populaire ainsi que tout démocrate véritable.

***

Premiers signataires de l’appel

  1. Léon Landini, anc. officier des Francs-Tireurs et Partisans de la Main-d’œuvre Immigrée (FTP-MOI), Grand Mutilé de Guerre, Médaille de la Résistance, Officier de la Légion d’honneur, décoré par l’Union soviétique pour faits de Résistance, président du PRCF
  2. Hermine Pulvermacher, anc. agent de liaison FTP-MOI, Chevalier de la Légion d’honneur au titre de la Résistance, anc. secrétaire générale du Groupe parlementaire du PCF
  3. Pierre Pranchère, anc. Franc-Tireur et Partisan de Corrèze, anc. député de la Nation, anc. eurodéputé, anc. m. du Comité central du PCF
  4. Jean-Pierre Hemmen, directeur de publication de la revue Etincelles, fils de militant communiste Fusillé de la Résistance
  5. Fadi Kassem, agrégé d’histoire, diplômé de Sciences Po Paris, secrétaire national du Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF)
  6. Georges Gastaud, philosophe, fils de Résistant gaulliste, directeur politique d’Initiative communiste (62) et de la revue Etincelles
  7. Gilliatt de Staërck, chauffeur de car, syndicaliste, secrétaire national de la Jeunesse pour la Renaissance Communiste en France
  8. Serge Bagetto, ancien secrétaire de l’UL-CGT d’Annecy (74)
  9. René Barchi, historien de « Rodina », le détachement féminin de la Résistance soviétique en France
  10. Roméo Bigué, doctorant en fusion nucléaire, syndicaliste de l’Energie (13)
  11. Tristan Burot, comptable (94)
  12. Alcide Carton, président d’une association d’études sur l’œuvre de Maximilien Robespierre (62)
  13. Gabriel Casadesus, infirmier à la retraite, anc. responsable PCF de cellule hospitalière (32)
  14. Robert Charvin, doyen honoraire de la Faculté de droit de Nice, expert en droit international (06)
  15. Jérémy Coignard, technicien du spectacle (94)
  16. Bernard Colovray, ouvrier du Livre, ancien conseiller municipal PCF de Vénissieux, responsable du PRCF – 69
  17. Jean-François Crenais, Adjoint technique territorial, Elu du personnel, Le Mans (Sarthe)
  18. Jean-Pierre Crépin, économiste et Gilet jaune
  19. Hubert Cuilleron, professeur agrégé de mathématiques (92), militant internationaliste
  20. Jean-François Dejours, professeur de philosophie, syndicaliste enseignant (59)
  21. Jacques Delépine, docteur-ingénieur en sciences de la Terre (76)
  22. Aurélien Djament, chercheur en mathématiques, syndicaliste de la Recherche, militant des services publics
  23. Yannick Dutertre, ingénieur urbaniste (93), co-animateur des Cafés marxistes de Paris
  24. Rachida El Fekaïr, médiathécaire (81)
  25. Enzo Enghien, étudiant (59)
  26. Alex Falce, syndicaliste (Monaco)
  27. Vincent Flament, dirigeant d’association antifasciste, rédacteur en chef de Solidarité de classe
  28. Benoît Foucambert, enseignant, syndicaliste (81)
  29. Bernard Genet, animateur de Comaguer, comité anti-impérialiste (13)
  30. Gilda Guibert, agrégée d’histoire-géographie, rédactrice en chef de la revue Etincelles, co-animatrice des Cafés marxistes
  31. Bruno Guigue, philosophe et essayiste politique, ancien membre de la fonction préfectorale
  32. Marylou Hernandez, ancienne conseillère municipale PCF d’Albi
  33. Jo Hernandez, ancien responsable syndical CGT, anc. membre du bureau fédéral du PCF (81)
  34. Jean-Claude Houseaux, médecin retraité (84)
  35. Jacques Kmieciak, journaliste CGT (62)
  36. Valentin Labourdette, intégrateur logiciel, syndicaliste Métallurgie (94)
  37. Jacqueline Lavy, enseignante retraitée, syndicaliste (74)
  38. Cédric Liechti, secrétaire de la CGT Energie – Paris
  39. Thomas Ligeon, technicien forestier resp., animateur du périodique écologiste « Aux Champs » (21)
  40. Annie Lacroix-Riz, historienne, professeur émérite de l’Université Paris VII, autrice notamment d’Aux origines du carcan européen
  41. Vincent Millet, avocat
  42. Edouard Mangin, président de l’Association Henri Guillemin
  43. Patrick Marguerattaz, anc. secrétaire d’Union locale CGT, anc. responsable local PCF (74)
  44. José Minard, ouvrier maçon retraité, ancien délégué CGT, secrétaire de la section boulonnaise du PRCF (62)
  45. Aymeric Monville, essayiste (92)
  46. Dominique Mutel, professeur agrégé d’anglais (62)
  47. Laurent Nardi, professeur de français retraité, ancien maire-adjoint PCF de Passy (74)
  48. William Nugues, professeur de philosophie et de psychologie, militant CGT
  49. Didier Olmos, ancien ouvrier du bâtiment, membre du CC du PRCF (45)
  50. Jérémie Ozog, professeur de Sciences économiques et sociales, syndicaliste CGT (06)
  51. Damien Parrotdessinateur industriel, syndicaliste Métallurgie (19)
  52. Anna Persichini, ancienne responsable CGT d’IBM (06)
  53. Baptiste Poisson, ouvrier professionnel de la métallurgie, membre du Comité central du PRCF (44)
  54. Jean-Luc Pujo, président des Clubs Penser la France (75)
  55. Jean-Pierre Réau, professeur de mathématiques (92)
  56. Thomas Remmery, syndicaliste des finances (59)
  57. André Riéra, ancien directeur d’école, militant de la laïcité républicaine (49)
  58. Killian Rodriguez, chercheur en microbiologie (42)
  59. Paula Roger, étudiante en géographie, militante CGT Educ’ Action (75)
  60. Olivier Rubens, juriste (95)
  61. Betty Tambuscio, syndicaliste (Monaco)
  62. Jany Sanfelieu, professeur de lettres classiques retraitée (89), anc. maire-adjointe PCF de Dannemoine
  63. Anatole Sawosik, étudiant en philosophie, Nice/Grenoble
  64. Arsène Schmitt, ouvrier du Livre retraité, syndicaliste des travailleurs frontaliers de Moselle
  65. Pierrette Varéa, artisane du bâtiment retraitée (34)
  66. Matthieu Varnier, roboticien, militant de la langue française (78)
  67. Antoine Vénobre, interne en médecine (74)
  68. Jihad Wachil, juriste
  69. Luc Wajs, syndicaliste, retraité de la Fonction publique (83)

( A SUIVRE)

Vœux 2024 : « Français ! Tenez-vous prêts ! Actions ! » #PenserlaFrance

Vœux 2024 aux Français

Par les Clubs Penser la France

« Français ! Tenez-vous prêts ! Actions ! »

*

Dimanche 21 janvier 2024, 18h00.

Chers concitoyens,

En ce mois de janvier 2024, les Clubs « Penser la France » vous présentent tous leurs vœux les meilleurs pour la nouvelle année.

Des vœux adressés à chacun d’entre vous, à vous-même et aux vôtres : Vœux de santé, de travail et de joies qui accompagnent l’amitié, la vie de famille et toute vie sociale épanouie.

*

Depuis 2019, la France est maintenant entrée dans une période particulière, vraisemblablement une décennie d’incertitudes économiques et sociales, avant une séquence de conflits internationaux.

Notre pays semble tituber, soulé par une classe dirigeante qui ne respecte plus les règles du jeu, balancé entre des objectifs contradictoires, désinformé par des médias entièrement corrompus.

Notre nation titube, désorientée, anesthésiée.

*

En ce début d’année nouvelle, nous pouvons envisager quelques perspectives de compréhension de notre situation, pour envisager ensuite différentes possibilités d’actions  de libération pour notre peuple.

*

De la situation internationale et de la guerre magistrale qui vient …

La multiplicité des crises que nous vivons depuis 2019 – malgré leurs apparentes divergences et incohérences – est liée au conflit magistral qui vient, annoncé depuis des années.

Le bloc Occidental devrait très probablement entrer en guerre ouverte avec le bloc Chinois, sino-russo-persan dans la décennie commencée et la suivante.

Nous pouvons ainsi examiner plusieurs des crises actuelles comme préparation, répétition des conditions que nous allons subir au cours du conflit magistral annoncé.

La crise du covid19 – tout d’abord – n’a pas consisté seulement à lutter contre une pandémie très peu mortelle. Elle s’est surtout accompagnée d’une répétition-test  de mesures indispensables pour la période future : mesures liberticides d’atteintes à l’exercice de nos libertés publiques et privés ; contrôle des populations ; mesures des résistances, identification des obstacles. La facilité déconcertante, insoupçonnable, avec laquelle notre peuple – à la si grande réputation politique – s’est soumis à l’exercice est glaçante. Nos magistrats et nos avocats ont oublié jusqu’aux principes juridiques les plus élémentaires. Nos militaires ont totalement obéi, sans parler du corps médical d’une lâcheté exemplaire. La complicité des journalistes – oubliant d’interroger les sources de financement, les liens avec les donneurs d’ordre, les conditions de passation des marchés publics et la fiabilité des essais cliniques – fut sidérante. L’expérience grandeur nature a montré à quel point notre pays est prêt à une soumission sociale et politique totale. Un troupeau docile face à la mort.

La crise ukrainienne déclenchée par l’OTAN – ensuite –  n’a pas eu pour simple objectif de soumettre le Donbass. L’objectif secret a consisté à ouvrir un théâtre d’affrontement militaire pour pousser la Russie à dévoiler le niveau technologique de ses armements, ainsi donner une information essentielle à l’OTAN sur le niveau d’avancée technologique russo-sino-persan. Certes, la Russie – méfiante et stratège – n’a quasiment pas utilisé les armements des dernières générations dévoilant si peu les dernières technologies opérationnelles – missiles hypersoniques, armées de drones, armes laser, armes électroniques, armes biotech… la future guerre sera – nous pouvons le croire – une guerre monstrueuse. L’OTAN a néanmoins réussi à accroitre nettement sa connaissance technologique des futures armées ennemies.

Enfin, la guerre israélo-palestinienne est tout autant un leurre. L’action du Hamas du 7 octobre 2023 était bien sûr connue des services israéliens. Mais cette attaque dramatique sur la population civile israélienne a consisté à justifier une intervention terrible de Tsahal sur Gaza et en Cisjordanie, qui, sous couvert d’une action militaire de sécurité nationale, devait déclencher une réaction militaire iranienne. Si l’Iran n’est pas tombé dans le piège rien n’est terminé. Les débordements actuels dans le sud Liban avec le Hezbollah, avec les colons en Cisjordanie, avec les Hutties en Mer rouge, au Yémen, et – pis que tout – les tensions sur la frontière irano-pakistanaise, annoncent le choc inévitable. Pièce maitresse du dispositif Sino-russe, l’Iran est un fournisseur énergétique indispensable et crucial. Détruire les capacités de production énergétiques de l’Iran est un objectif majeur dans la guerre magistrale qui s’annonce.

*

Ainsi, nous pouvons le constater, comme avant la IIème guerre mondiale – avec la crise des sudètes et l’Anschluss, les accords de Munich puis le pacte Molotov-Ribbentrop – nous vivons actuellement une période préparatoire au conflit magistral qui s’annonce avec la Chine.

De la situation nationale française et de la soumission totale au bloc OTAN …

Dans ce contexte, la situation Française est d’une tristesse infinie puisque notre peuple ignore tout de ce qui vient, s’abandonne à des dirigeants désignés par l’OTAN, bras armé de la gouvernance mondiale.

L’Elysée pilote et dirige tout aux ordres de Bruxelles, Francfort et Washington. Inutile ici de s’attarder sur les changements de portefeuilles ministériels. Cela ne veut rien dire. N’a aucune conséquence majeure. Tout se passe ailleurs.

L’état de notre démocratie – nous le répétons – est déplorable alors que partis et syndicats jouent une pièce de théâtre dans laquelle – pour les plus lucides d’entre eux – ils aspirent à jouer les premiers rôles. Mais la pièce est toujours écrite à Washington.

Débats parlementaires houleux, annonces ministérielles fracassantes, grands débats,  attentats terroristes organisés par nos services, nominations ministérielles tonitruantes… tout est fait pour alimenter un théâtre d’ombre de plus en plus insupportable. Rien n’y fait.

La France subie des choix imposés. Les fleurons de son industrie sont vendus. Ses capitaux privés dissimulés dans les places Off-shore.  Ses frontières démantelées. Son armée paupérisée. Sa médecine déclassée. Ses transports abandonnés. Son éducation et son agriculture totalement méprisées. Rien n’y fait.

Reste une Police surarmée pour contenir la colère d’un peuple qui n’en finit pas de se réveiller.

Reste nos équipes de Football et leur brillant championnat puis enfin la Française des jeux. Un classique Panem et circenses.

Ancienne puissance mondiale, la France est en train de subir un déclassement magistral.

Comment – en ce début d’année 2024 – se résoudre à la fin de la France ?

*

Du sursaut pour la France et les Français …

Face à cette situation catastrophique, deux évènements majeurs pourraient cependant changer totalement la donne : L’un, dépend de notre peuple ; l’autre, du bouleversement annoncé aux Etats-Unis.

Contrairement à ce que les Français ont appris et aimé répéter, l’élection de Donald TRUMP à la Maison blanche en 2024 transformerait les perspectives mondiales et nous éviterait très probablement le conflit magistral annoncé. Il mettrait fin au conflit en Ukraine ; imposerait les conditions nécessaires aux accords d’Abraham donc la fin des opérations de Tsahal à Gaza avant la très probable recherche d’une solution globale pour les palestiniens ; négocierait drastiquement des accords commerciaux et technologiques avec la Chine de Xi et imposerait un rapport de force politique à l’Iran. Politique et non militaire.

Enfin, l’autre évènement concerne les Français eux-mêmes.

Par une action politique et sociale magistrale, les Français doivent reprendre la parole et stopper ce train fou.

Le mouvement actuel des agriculteurs, en lien avec les nombreux mouvements sociaux tous secteurs confondus, notamment avec les réseaux militaires et policiers écœurés, pourrait permettre à notre peuple de reprendre le pouvoir face à des dirigeants Français aux ordres de l’étranger.

Tout indique que les Français avancent mois après mois dans la compréhension plus nette du sort qui leur est réservé : un déclassement financier, social et politique.

Tout indique que les Français peuvent se réveiller. Nous devons garder foi en la France !

Dans ce contexte, les élections européennes 2024 ne sont qu’un leurre  visant à canaliser la colère immense et toute légitime de notre peuple piétiné.

Nous appelons bien sûr l’ensemble des Français à un boycott citoyen de ces fausses élections !

Mais plus que tout, nous appelons les Français à un réveil magistral en 2024 : par tout moyen, en tout lieu, en toute occasion.

Bonne année 2024  à tous les Français !

« Français ! Tenez-vous prêts ! Actions ! »

___

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

Source: www.penserlafrance.fr

 

« Loi Immigration : le délirium Français » #PenserlaFrance – communiqué national du 11 janvier 2024

[Photo : Plus de 200 jeunes réfugiés manifestent devant le Conseil d’État à Paris, le 2 décembre 2022. Beaucoup d’entre eux dorment sous les ponts d’Ivry-sur-Seine, en banlieue parisienne, certains depuis 6 mois ou plus. © 2022 Sipa via AP Images]

_

Communiqué national des Clubs Penser la France

Jeudi 11 janvier 2024,19h00

« L’essentiel, c’est que le pays ne soit pas dupé une fois de plus.

Pour cela, il faut, avant tout, informer loyalement ».

Pierre Mendès-France

*

Depuis au moins les années « 30 », dès après la saignée de 14-18, et certainement plus loin encore, après que notre nation  a perdu son hégémonie démographique en Europe au début du XIXème siècle [1],  la France fantasme sur son immigration.

L’étranger – d’où qu’il vienne – est ainsi devenu, à plusieurs reprises dans notre histoire, le centre d’une attention malsaine entre admiration et répulsion.

Source de méprises, l’immigration alimente de nombreux fantasmes – identité nationale menacée, trouble à l’ordre public, etc – ou révèle nos impensés collectifs dans un monde en tension.

La quasi-totalité des partis politiques se saisit du sujet avec une mauvaise foi ou une incompétence sidérante, alors que les gouvernements successifs tentent de répondre – avec plus ou moins d’honnêteté – aux objectifs contradictoires soulevés par cette ressource humaine non maitrisée et difficilement maitrisable dont le pays a pourtant besoin.

Sur ce sujet particulier, notre nation s’emballe avec une facilité déconcertante, le législateur s’agite, les hautes juridictions se politisent. Et pour finir, l’opinion publique s’inquiète.

L’immigration est un sujet éminemment complexe qui révèle la nature profonde de notre contrat social, les forces et les faiblesses de nos institutions, l’état même du fonctionnement de notre démocratie sous contrôle de l’Union européenne et de l’OTAN.

Pourtant, ce sujet difficile, crucial, fait l’objet d’un traitement délirant qui peut être mesuré à l’aune de plusieurs questions essentielles :

1 – Pourquoi refuser la délivrance de titre de séjour aux étrangers et dans le même temps être incapable de renvoyer les déboutés ? Depuis des décennies, moins de 10% des Obligations de quitter le territoire (OQTF) sont exécutées par les préfets aux ordres, qui, d’une main, refusent la délivrance de titres, d’une autre, refusent d’appliquer les mesures d’éloignements.

2 – Pourquoi l’entrée et le séjour en France sont traités conjointement avec le droit d’Asile, qui n’a – politiquement et philosophiquement  – strictement rien à voir ? Pourquoi le législateur comme les juges du Palais Royal alimentent cette confusion, n’en distinguent pas les termes, alors que l’un renvoit à la gestion d’un flux ; l’autre, à une certaine idée supérieure de la justice [2] ?

3 – Pourquoi restreindre à ce point l’accès au titre de séjour pour organiser – chaque 25 ans –  des régularisations massives ?

4 – Pourquoi ne pas dire aux Français quels sont les véritables enjeux économiques liés à l’immigration ? A cette main-d’œuvre utile à plusieurs secteurs stratégiques – bâtiment, transports, énergie, etc ? Que le refus des patronats d’augmenter les salaires français a pour contrepartie directe le recours à une main-d’œuvre sans papier exploitée à vil prix ? Que nos politiques et nos syndicats aux discours démagogues, sont impuissants à juguler ce qui relève du plus simple trafic humain* ?

5 – Pourquoi les enjeux internationaux, diplomatiques et stratégiques liés à l’immigration ne sont pas expliqués aux Français ? Pourquoi, notamment, ne pas avouer que, depuis un siècle au moins, nos politiques internationales ont consisté au Maghreb, au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne à détruire toute élévation démocratique ? A combattre, assassiner les leaders laïcs et progressistes ? Pourquoi, dans ce contexte, s’étonner du surgissement de courants Islamistes que nous avons largement encouragés – Frères musulmans, Salafistes, adeptes du wahhabisme – et même financés quand « ils faisaient du bon boulot » en Syrie, en Irak ?

6 – Pourquoi ne pas avouer aux Français que la France sans frontière ne peut plus rien dans l’espace Schengen ? Que les politiques migratoires ne sont plus du ressort de la compétence nationale et échappent en presque totalité au gouvernement de la France ? Pourquoi les Français ne font-ils pas de lien entre une politique migratoire dérégulée et leur perte de souveraineté nationale ?

7 – Pourquoi enfin certains mouvements politiques – dit « nationalistes »  – très critiques envers l’immigration participent-ils autant à la promotion  rémunératrice des institutions européennes alors que l’UE impose précisément une dérégulation magistrale des flux migratoires contraire à notre intérêt national ?

*

Notre délirium Français est bel et bien le fruit d’une hypocrisie générale et d’une manipulation générale.

Dans le même temps, qui peut nier que l’immigration dérégulée soulève de véritable et sérieux problèmes ?

Que l’accueil de population musulmane n’est pas sans poser de difficultés dans un pays de tradition chrétienne, certes, spirituellement en déshérence, mais néanmoins attaché à certains signes hérités de la civilisation judéo-chrétienne ?

Que la laïcité elle-même, complexe à appréhender, est un héritage supérieur de cette civilisation ?

Le délirium français ne s’arrête pas là. Les fantasmes sur l’Islam sont aussi le signe de notre effondrement intellectuel et politique.

La place et la symbolique attachée à l’Islam ne sont pas à la hauteur des enjeux de notre période et ne sont pas digne de notre civilisation.

D’une part, l’Islam est caricaturé souvent déprécié alors que l’Islam reste une des plus grandes religions au monde, une des trois religions du Livre, une des trois religions mosaïque.

Comment d’ailleurs les Français musulmans font-ils pour supporter les insultes quasi-permanentes en direction de cette grande religion alors qu’une majeure partie des Français musulmans participe pleinement à la vie de la Nation ? Dynamise la vie économique et sociale ? Participe à régénérer notre vie politique ?

D’autre part – comment le nier ? –  certains courants islamistes travaillent notre communauté nationale, sapent les derniers oripeaux républicains d’une France qui s’abandonne elle-même à une élite pro-européenne qui la déconstruit.

Les Français aiment à se faire peur à l’invocation d’attentats terribles dont – en fait – ils ne savent rien.

Faut-il vraiment rappeler que la France – la présidence de la République – a financé encore récemment certains réseaux terroristes salafistes ? Les a manipulés puis trahis en Syrie ou en Irak ?

Comment dès lors s’étonner des attentats dramatiques organisés en représailles à Paris (Bataclan, Charlie-Hebdo, etc.) avec le soutien de services étrangers ?

En cette matière, plus qu’en tout autre, il n’est pas possible d’éviter le réel, de ne pas regarder nos responsabilités multiples, de ne pas constater notre duplicité envers de nombreux Etats d’Afrique, du Maghreb, du Machrek.

Ce que les Français refusent de voir, le monde entier le sait depuis longtemps.

La France ne gagnera rien sur ce terrain politique difficile sans accepter de regarder sa responsabilité immense dans le désordre mondial.

*

Une autre politique est possible pour la France.

Elle consisterait d’abord et avant tout à réaffirmer comme préalable le souci de recouvrer une pleine souveraineté française : des frontières, une hiérarchie des normes, un gouvernement et un parlement dignes de ce nom.

Elle consisterait ainsi à réaffirmer la place du peuple souverain dans l’ordre politique supérieur.

Elle imposerait ensuite de reconsidérer l’ordre mondial et de revisiter toutes nos relations diplomatiques vers les zones des pays sources d’immigration, car notre responsabilité – nous le répétons – est immense.

Il s’agirait pour la France de renouer avec les vrais valeurs de Justice internationale, de promouvoir de grandes politiques de développement et de coopération, de s’ouvrir aux pays du sud, notamment les pays des BRICS qui déplorent la disparition de la France sur la scène internationale et avec elle la disparition des valeurs incarnées par 1789, 1830, 1848, 1870, 1945 et 1958.

L’ordre de 1945 qui les résumait toutes est bel et bien en train de disparaitre.

N’est-il pas trop tard pour sauver la France ?

Si l’effondrement de notre vie politique et intellectuelle semble l’annoncer, nous savons cependant, que la France, c’est avant tout le peuple.

Et le peuple Français est encore riche de potentialité, d’ouverture à l’étranger pour peu que l’immigration soit organisée, encadrée, régulée dans un sens unique à fixer : le seul intérêt de la France, l’amour de la France, des valeurs de la France.

*

En conclusion, plusieurs mesures pourraient s’imposer rapidement :

– Sortir de l’OTAN et de l’UE pour réaffirmer la pleine souveraineté de la France dans ses politiques régaliennes ;

– Sortir de l’espace Schengen et réaffirmer le principe du respect de nos frontières nationales ;

– Redéfinir nos relations avec les pays sources par de nouvelles politiques de visas, de formations et de coopérations renforcées pour mettre en place une « immigration pendulaire » [3] ;

– Redéfinir le rôle essentiel de l’OFFI (Office français de l’intégration et de l’immigration) à redéployer pour mettre en place une véritable immigration de travail transparente et à la hauteur des enjeux économiques mondiaux que la France doit relever ;

– Redéfinir le rôle essentiel de l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et des apatrides) qui retrouverait sa tutelle historique du ministère des Affaires étrangères, arrêterait toutes missions d’externalisation, pour se consacrer essentiellement à l’application d’une convention internationale parmi les plus nobles : la Convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés, renonçant ainsi de facto à un ordonnancement européen archaïque, source de désordre général ;

– Enfin, appliquer la loi française dans ce qu’elle a de juste mais aussi de contraignant. Notamment, procéder à l’exécution des obligations de quitter le territoire français dès lors que toutes les garanties effectives du respect du droit ont été apportées aux ressortissants étrangers, ce qui – aujourd’hui – est le cas dans la presque totalité des décisions. Le refus des gouvernements d’appliquer la loi française est la plus grande source de désordre politique qu’il soit.

*

L’ensemble de ces premières mesures doit être accompagné d’un volontarisme français, du retour d’un véritable discours français autour de nos valeurs fondamentales, lesquelles ont disparu pour le plus grand étonnement des pays du sud.

Nous le constatons, l’immigration, l’accueil de l’étranger en France est un sujet complexe qui convoque l’ensemble de nos institutions comme de nos valeurs ; nous met en situation de confrontation de nos principes juridiques et politiques les plus élevés avec le réel ; nous offrant ainsi la capacité de mesurer la valeur même de nos principes, de les remettre en question comme en concurrence. Ainsi, de nous élever collectivement.

Autrement dit, l’étranger nous offre une chance, celle de mesurer notre degré d’élévation démocratique [4].

Il faut constater pour le regretter que l’immigration dérégulée actuelle entraine un désordre dramatique qui alimente notre délirium français déjà ancien, n’en finit pas d’abaisser la France, la promesse Française.

Car il faut le dire et le répéter : il existe au monde une promesse Française.

A nous de la porter, de la faire vivre, de la réinventer.

Citoyens, Français engagés, c’est le défi supérieur des temps actuels que nous devons relever.

A l’aune de ces réflexions, nous pouvons conclure que le projet de loi actuel – outre certaines aberrations techniques [5] – ne répond en rien aux enjeux que la France doit relever dans un monde de plus en plus agité.

Fin

Notes :

[1] La France était la première puissance démographique en Europe en 1800 ;

[2] « L’Asile à la lumière d’une pratique de l’Etat » par Jean-Luc Pujo Président d’ASULON France (hivers 2006) – https://www.politique-actu.com/actualite/asile-lumiere-pratique-etat-jean-pujo-president-asulon-france-hivers-2006/1652684/

[3]« immigration pendulaire » : concept ardemment défendu dès les années « 90 » par M. Sami Naïr, un des plus brillants spécialistes français en la matière. Lire notamment : « Y vendran, las migrationes en tiempos hostiles » édit. Bronce (2006) et « L’immigration est une chance – la vérité sur l’immigration » – édit. Seuil – 2007 ;

[4] « Dans ce contexte, il est possible de s’interroger avec Jacques Derrida : « L’Europe pourra-t-elle continuer à incarner « la ressource d’avenir » ? Et c’est encore avec lui que nous pouvons conclure ce questionnement politique. Derrida rappelait ce que Levinas annonçait comme conséquence du déplacement massif de toutes ces personnes, réfugiés, exilés : « Ils appellent l’espace socio- et géo-politique à une mutation  juridico-politique mais d’abord – avant tout – ils appellent à une conversion éthique. » C’est sur cette conversion éthique qu’il nous faut insister. Le demandeur d’asile est une chance ! Il est « notre chance » nous dit Levinas. Il est ce « tiers » qui vient interrompre la complaisance de la dualité ou du dialogue JE-TU source d’un piège qui ressemble au pire : « La bonne conscience ». C’est de cette rencontre avec le tiers – la tiersalisation- que peut naître la socialité, c’est à dire le politique, les lois, les droits, l’Etat. Le demandeur d’asile est ainsi tout autant la « promesse » que le « passage à l’acte ». » – « De l’Europe : pour une ouverture à l’humanité » Jean-Luc Pujo – Journal « D’Asile et d’ailleurs » juin 2005.

[5] La plus démagogique des mesures étant celle de la restriction de l’accès aux soins pour des immigrés en situation irrégulière, qui, même à ne pas tenir compte du devoir premier de civilisation, posera un problème de santé publique évident, mettant en danger la population française, elle-même.

(*) Sans oublier, bien sûr, le drame des mineurs isolés étrangers couchant sur les trottoirs de nos villes. Combien disparaissent chaque année sans donner l’alarme et se rajoutent ainsi aux 1.000 enfants français disparaissant chaque année ? Réseaux pédophiles, réseaux de trafics d’organes et sectes avec sacrifices humains ; en France ; en 2023 ?

#asile #immigration #Darmanin #CESEDA #DroitdAsile #entreeetsejour #droitdesetrangers

_______________________

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

Source: www.penserlafrance.fr

« Hommage à Pierre PRANCHERE, résistant et militant communiste » #PenserLaFrance

__

Lundi 1er janvier 2024 – 13h00

C’est avec tristesse que nous apprenons la disparition de M. Pierre PRANCHERE.

Responsable national du Pole de renaissance communiste en France (PRCF), cet homme – hors du commun – avait un parcours exceptionnel dont il tirait une véritable force politique et humaine.

Ancien résistant maquisard FTPF à quinze ans (maquis de Corrèze), militant communiste infatigable, dirigeant des JC puis du PCF départemental et national, ancien député de la Nation, cet homme était impressionnant.

Ses qualités d’orateur époustouflantes témoignaient de ce que l’homme accompli avait réussi à nouer brillamment réflexion politique et action.

Pour tous ceux – plus jeunes – qui ont croisé Pierre Pranchère notamment grâce au travail de refondation communiste mené par le PRCF, nous garderons le souvenir impressionné de ce vieux communiste, inébranlable dans ses convictions, et d’une grande solidité politique.

Toutes qualités qui impressionnent – plus que jamais aujourd’hui – tous ceux qui se battent pour l’indépendance de la France, pour la préservation des fondements du contrat social français, hérité du programme du Conseil national de la Résistance (CNR).

Les Clubs Penser la France adressent toutes leurs condoléances à ses proches, notamment son épouse et sa fille Nathalie.

Les Clubs Penser la France adressent enfin un salut fraternel aux dirigeants du PRCF et les remercient de nous avoir fait l’honneur de rencontrer plusieurs de ces hommes à la valeur – politique et  humaine – exceptionnelle.

___

La cérémonie d’hommage aura lieu à Saint-Merd de Laplau (19), haut lieu des Maquis de Corrèze, vendredi 5 janvier à 14 h 30 (SOURCE PRCF)

SOURCE:

https://www.politique-actu.com/actualite/hommage-pierre-pranchere-resistant-ftpf-membre-presidence-nationale-prcf/1835600/

___

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

Source: www.penserlafrance.fr