Samedi 29 mai 2021 – Manifestation du 29 mai – Intervention de Jean-Luc PUJO, pdt des Clubs “Penser la France”

30 mai 2021

__

Samedi 29 mai 2021 – 18H00

« Manifestation anniversaire du 29 mai »

Les Tuileries – Paris – Intervention Jean-Luc Pujo (Penser la France) – 18H00

Lecture texte : 8mn

__

Chers compagnons,

Chers camarades, Chers amis,

Chaque 29 mai depuis plus de 10 ans, nous nous retrouvons ici, « Aux Tuileries » à l’initiative heureuse d’André Bellon et de l’association « Pour une Constituante »,

Et chaque année nous remercions André Bellon pour cette initiative « symbolique donc importante », selon la formule consacrée.

Chaque 29 mai nous célébrons une victoire !

Nous célébrons, d’abord, bien sûr, le vote lucide et courageux des Français qui  – à près de 55% – ont dit NON au projet de Constitution européenne, lors du referendum du 29 mai 2005, refusant ainsi un projet néolibéral européiste, projet de soumission de la Nation à une Commission européenne technocratique non élue.

Chaque 29 mai, aussi, nous déplorons une défaite : Celle du 5 février 2008, quand le Parlement français réuni à Versailles – avec sa majorité pseudo socialiste et pseudo gaulliste – autorisa la ratification du Traité de Lisbonne, véritable copier-coller de la Constitution européenne, rejetée deux ans plus tôt par le peuple souverain.

Quelle honte !

*

Depuis 2008, nous crions notre immense colère !

Et cette colère ne faiblit pas. Bien au contraire !

*

Nous mesurons aujourd’hui plus encore l’importance de cette trahison, ses conséquences, sur le destin des Français, sur l’avenir de la France.

La politique menée – sous SARKOZY-HOLLANDE-MACRON – apparait aujourd’hui dans toute sa réalité : il s’agit de démanteler l’Etat français, de préparer la fin de la France, pour cet avenir radieux : Un Etat fédéral Européen, anglophone, sous monnaie Allemande, sous protection OTAN.

Cette zone d’optimisation fiscale – entendez pour la rente et les dividendes – serait seule capable de résister à l’Impérium Chinois.

Fin de la France !

Qu’il soit dit – ce soir – ici et maintenant – que :

Nous ne partageons absolument pas cette vision du Monde.

Ni la méthode, ni les objectifs, ni la philosophie qui la sous-tend.

*

Sur la méthode tout d’abord !

Nous le comprenons, cette marche forcée à l’intégration européenne s’opère sous nos yeux en déconstruisant les Etats-nations…

Tout est fait pour démanteler l’Etat français, cœur de la France !

On détruit les structures territoriales par l’installation d’Euro-Région et de zones transfrontalières contre l‘avis même des populations concernées, en Corse ou en Alsace… comme le dénonçait encore récemment Jean-Pierre Chevènement (1).

On propose de mutualiser notre siège au Conseil de Sécurité des Nations-Unies, notre Dissuasion nucléaire…

On vend – à vils prix – notre fleuron industriel – « Alsthom » vendu par le ministre Macron au géant américain « General Electric » …

On détruit l’Etat en paupérisant des pans entiers de sa structure pour rendre inévitables les mutations imposées :

– Fin de nos armées qui ne sont plus capables de mener de vraies opérations militaires. Nos jeunes officiers revenus des théâtres d’opération en témoignent : ils sont contraints d’acheter eux-mêmes sur leur solde ou avec l’aide des familles des équipements nécessaires à leur propre sécurité. Une honte !

Et vous vous étonnez que des Généraux en tribune (1-b) s’expriment ouvertement rejoints par des dizaines de milliers de gradés ?

– Fin de notre Police, instrumentalisée, abandonnée … le tout validé par des Syndicats  de police totalement corrompus préférant les politiques indemnitaires à de véritables réformes politiques de fond.

Combien de policiers – démissions, dépressions, suicides – en témoignent aussitôt sanctionnés par leur hiérarchie ?

– Fin de notre Justice française, dépourvue de tout moyen, sabordée, critiquée, puis soumise à une nouvelle hiérarchie des normes supranationales comme nous avons pu le dénoncer, ici même, citant un Conseiller d’Etat courageux – Jean-Eric Schoettel – ou le professeur Le Pourhiet, la brillante constitutionnaliste ;

-Fin de l’éducation nationale, par gabegie des moyens matériel et humain, rupture idéologique avec destruction de toute autorité, nivellement de tous les savoirs populaires, scientifiques, artistiques dans une immense farandole démagogique : la Cancel culture, l’écriture inclusive, la célébration ad nauseam des cultures minoritaires, LGBT, Trans, Bi …

Fin du système de santé publique : Numerus clausus catastrophique depuis 40 ans, financiarisation des politiques de soins (fermeture de lits, fermeture d’établissement, éloignement des Services publics de santé).

Le nombre de maternité est passé en métropole de 1400 en 1975 à 497 en 2016 – trois fois moins en 40 ans – :

En 2018, dans le seul département du LOT, 17 femmes ont accouché sur le bord de la route.

Voilà notre progrès !

Et quand nos médecins, nos infirmiers, les syndicats de santé manifestent c’est sous les coups de matraques de nos CRS.

– Fin des régimes de solidarité : Baisse des pensions y compris pour les plus précaires, mise en place de système assurantiel privé, pour palier la démission de l’Etat providence.

(…)

Nous pourrions citer mille exemples !

Tous les Français le savent !

Mais comprennent-ils vraiment le dessein secret de cette politique ?

*

Il s’agit de détruire l’Etat pour effacer la France !

On encourage les milles travers d’une Nation toujours portée à la division.

La France – « cet agrégat inconstitué de peuples désunis » – selon le mot célèbre de Mirabeau – est aujourd’hui taraudée par ses démons, alimentée par un Etat démissionnaire, dirigée par ceux-là même qui ont vocation à le détruire. Quelle honte !

Ce programme infâme dissimule des objectifs tellement visibles qu’ils en sont aveuglants.

C’est le syndrome de « la lettre cachée » d’Edgar Allan Poe (1-c).

L’évidence lumineuse aveugle notre conscience politique.

*

Alors quels sont leurs Objectifs ?

C’est le triomphe de la financiarisation partout, dans tous les secteurs de l’activité humaine.

Un exemple ? La crise du COVID.

Depuis 2005, les établissements de santé – public ou privé se sont vus imposer près de 9 milliards d’euros d’économie. Merci SARKOZY-HOLLANDE-MACRON.

Pire, la financiarisation a triomphé partout nous disent les auteurs IZAMBERT et JANVIER (2), notamment grâce à cette logique toute communautaire – les « partenariats publics privés » – si prisés par Bruxelles.

Depuis les années 1980-1990, les hôpitaux publics ont été contraints de recourir aux marchés financiers. Le résultat a été éloquent.

Avec l’Affaire DEXIA et les emprunts toxiques, la fédération hospitalière de France évalue la perte à 1,5 milliard d’Euros en 2017.

Notre réel est pénible. Mais nous devons le regarder en face.

« Quand les malades mourraient sur des brancards dans les couloirs de nos services d’urgence des hôpitaux de France, ce n’était pas de la seule faute de la COVID19 ».

En 2013, l’emprunt en cours des hôpitaux auprès des banques s’élevait à 28 milliards d’Euros, dont 7 milliards en emprunts dit « structurés » à taux variables avec 1,5 milliard d’emprunt toxique. Un boulet au pied des hôpitaux.

En 2019, le sénateur Meurant rappelait que la Cour des comptes pointait le triplement de la dette des établissements publics de santé à près de 30 milliards d’euros dont 20% d’emprunt toxiques en avril 2014.

Derrière les emprunts toxiques ? Les « banques de contreparties » nous rappellent Izambert & Janvier.

Vous les connaissez toutes : Goldman Sachs, JP Morgan, UBS (…)

La financiarisation partout ? OUI ! Même dans le secteur des dons !

L’analyse des placements financiers du « TELETHON » ou encore de l’immense Trust que constitue la « Fondation de France » fait froid dans le dos avec ses placements financiers douteux.

Même la très respectable « inspection générale des finances » s’en émeut dans un rapport de 2017.

Nous pourrions ici développer à souhait.

La finance partout …

Pire ! Aujourd’hui une immense supercherie consiste à dissimuler les échecs patents d’un système totalement corrompu derrière la seule crise de la COVID 19.

La crise de la COVID 19, elle a bon dos.

Nous devons en dire un mot.

Dès 2018, le Haut conseil des finances publiques alertait sur les risques économiques importants.

Avec la crise financière de 2008, le secteur financier a coûté aux finances publiques plus de 1500 milliards d’euros.

Entre 2008 et 2009, la croissance annuelle a perdu près de 47%.

Et le déficit français a grimpé à 7,5% du PIB.

En 2018, les conséquences des pertes des crises de 2008 et 2011 n’avaient toujours pas été comblées.

Les plans de licenciements étaient à foisons :

– Airbus : 1900 postes ;

– Alinea : 2000 ;

– La Halle : 5300 ;

– André : 600 ;

– NAF NAF : 1100 ;

– Camaieu : 3900 ;

– Radio France : 250 ;

– Renault : 15.000 dont 4600 en France ;

– Disneyland Paris : 350 ;

– Mais aussi, Ford à Blanquefort ; les sucreries Saint Louis en Picardie, etc.

– Sans parler de la vente à l’étrangers de certains de nos champions depuis démantelés : Arcelor, Lafarge, Pechiney, Thomson…

Et toujours pas de COVID en vue.

En 2018, on pouvait constater que la France était un des pays européens en crise les plus désindustrialisés.

Voilà ce qu’était notre réalité

Et c’est dans ce contexte que la CRISE DU COVID19 est survenue !

Heureuse crise du COVID19 !

Restructurations, prêts garantis par l’ETAT…

Airbus, Renault, Air France, 5 milliards, 7 milliards…

L’argent s’est soudain remis à couler à flot.

Et dans le même temps, des annonces de dizaines de milliers de suppressions d’emplois y compris – surtout – parmi les entreprises aidées !

Un comble !

Heureuse crise du COVID19 !

Même au niveau mondial !

11 400 milliards de Dollars US de dividende à travers le monde en dix ans… La fortune de Jeff Bezos – PDG d’Amazon – a augmenté de 36 milliards de dollar. Celle de Mark Zuckerberg de 30 milliards.

Et en France ?

Les patrons du CAC40 ont vu leurs rémunérations exploser.

Christopher Viehbacher, pour Sanofi : 12,5 millions par an ;

Bernard Charles, pour Dassault Système, 11 millions ;

Eric Denoyer, pour Numéricable-SFR, 8 millions ;

Alexandre Bompard, pour Carrefour, 8 millions ;

Jean Paul Agon de L’Oréal, 8 millions, « parce que je le vaux bien » ;

Stéphane Richard pour Orange, 1,32 millions. Le pauvre.

Et Henri Proglio, pour EDF, 450.000 euros. Une misère, plafonnée parce qu’il s’agit d’une entreprise publique. Le pauvre !

*

Mieux, il y a les dividendes !

Avec un versement de 60,2 milliards d’euros de dividendes aux actionnaires en 2019, la France est devenue le plus gros payeur de la Zone euro.

Drôle de monde que ce monde !

Dans le même temps, la France compte :

– 1,8 millions de bénéficiaires du RSA (+ 33% en 10 ans) ;

– 3,2 millions de foyers n’ayant plus que la prime d’activité sont sortis des statistiques du RSA ;

– 1,1 millions de personnes bénéficiaires de l’Allocation pour handicap ;

– 1,4 millions sans droits ;

– Et 1,6 millions de personnes en situation de sous-emploi en France.

Au total – concluent IZAMBERT & JANVIER – plus de 15 millions de personnes en France sont sans emploi, travailleurs occasionnels, sous-employés ou pauvres.

L’examen de la population active en France métropolitaine – estimée par l’INSEE à 28 millions de personnes – permet d’évaluer le véritable taux de non-emploi total et précaire à plus de 55%.

*

Ces chiffres illustrent un type de société insupportable que nous devons totalement refuser.

Nous ne parlerons pas ici des paradis fiscaux, des systèmes bancaires tels que le « Shadow Banking », évalué à près de 99 000 milliards de dollars fin 2016, qui échappent à tout contrôle.

Cette « finance de l’ombre » doit être combattue ardemment.

Elle révèle bien plus que des profits.

Elle dit beaucoup sur l’esprit de notre monde.

Après avoir dit combien nous ne partageons ni la méthode, ni les objectifs de cette vision du monde, nous dévons nous interroger sur la philosophie qui la sous-tend.

*

La crise que nous vivons depuis des décennies s’apparente à un véritable « choc de Titans ».

La crise du COVID19 servira de prétexte pour avaliser des changements politiques et sociaux profonds et annoncés visant à garantir les profits de quelques-uns, toujours plus énormes, au détriment des autres. Mais plus encore.

Déjà, s’annonce « la Grande réinitialisation » – The Great RESET (3) – vaste plan pour accompagner l’adaptation de nos systèmes politiques et sociaux aux exigences  d’une compétition devenue mondiale, au service d’une caste – la « Hyper-hyper class mondiale » déjà décrite – annoncée par David Rothkopf (4).

Il faut soumettre « le parc humain » – l’expression est de Peter Sloterdijk (5) – à la domination d’une nouvelle élite mondiale.

Nous entrons ainsi dans une nouvelle ère de l’humanité où les outils numériques, les mesures biopolitiques vont permettre une domination totale sur le « Parc Humain ».

Nous devons donc nous interroger : « Est-ce bon pour nous ? Est-ce bon pour l’humanité ? »

D’évidence, nous sommes en train de changer de paradigme fondateur.

Plusieurs auteurs l’avaient déjà annoncé.

Je pense aux dialogues effrayants entre Léo Strauss et Kojève annonçant comme inéluctable « une révolte nihiliste pour faire régresser l’humanité à la condition misérable du paléolithique » afin « que tout recommence ».

Je pense aussi aux écrits de Zbigniew Brzezinski, constatant « l’éveil politique mondial » (6) comme source de nombreux troubles à venir et préconisant la création d’un appareil gouvernemental mondial oppressif pour assurer la pérennité de l’Oligarchie.

Faut-il – avec sourire – citer les maîtres du ZOHAR pour qui l’humanité est entrée dans la lutte finale entre « Gog et Magog », acte final des temps messianiques ?

*

Quelles que soient nos sources, nous devons comprendre que nous sommes aujourd’hui confrontés à une interrogation ultime !

Quel type d’humanité voulons-nous construire ?

Une élite mondiale doit-elle dominer une sous-humanité ?

Ou devons-nous construire – même sans naïveté aucune – une  humanité réunie, pacifiée, progressiste ?

Cette question se pose à chacun comme à nous tous !

*

Réunis ce soir, nous tentons de répondre à ces questions.

Ne croyez pas que nous soyons éloignés du sujet. C’est tout le contraire.

Nous sommes ici pour réaffirmer que chaque homme s’élève en citoyen, s’unit en peuple-Nation et décide pour le bien commun.

Cette vision de l’homme émancipé par la Raison pure reste pour nous le chemin essentiel pour construire notre future humanité.

C’est la raison pour laquelle nous affirmons ce soir que seul les citoyens réunis en Nation sont les détenteurs de la souveraineté.

*

Nous sommes réunis ce soir – bien sûr – pour dire cette vérité en souvenir de ceux qui nous ont précédé.

Nous fêtons ce mois-ci le 150ème anniversaire de la Commune de Paris, et Jacques Cheminade me rappelait il y a quelques jours que Marx et Engels avaient écrit regretter que les Communards aient oublié de s’emparer de la Banque de France.

Nous mesurons combien Marx et Engel avaient raison.

D’autres menaces guettent la France. Je pense à ce terrible mal français, celui de la division, et j’en terminerai par ces mots …

« Unissez-vous tous pour le salut public et pour rester une Nation indépendante ! (7) ». Par ces mots justes, Napoléon concluait ainsi sa lettre d’abdication, le 22 juin 1815.

Je pense qu’il avait totalement raison.

*

Gardons foi en la France. Gardons foi en la République.

Je vous remercie.

Jean-Luc Pujo*

_

Jean-Luc Pujo préside les Clubs « Penser la France ». Il est écrivain, rédacteur en chef du journal « Politique-actu.com », membre de la SGDL et  de la SACEM.

__

(1) «Après la Corse et l’Alsace, à qui le tour? Refusons l’engrenage des statuts à “la carte“» CHEVENEMENT et Benjamin Morel – http://www.politique-actu.com/elu/apres-corse-alsace-tour-refusons-engrenage-statuts-carte-chevenement-benjamin-morel/1806322/

(1b) « Pour un retour de l’honneur de nos gouvernants » : 20 généraux Français appellent #Macron à défendre le patriotisme ! 14 avril 2021;

(1c) “La lettre volée” nouvelle d’Edgar Alan Poe – 1844;

(2) « Le virus et le Président » de Jean-Loup IZAMBERT et Claude JANVIER, IS Edition, 2020 – http://www.politique-actu.com/actualite/virus-president-jean-loup-izambert-claude-janvier/1798523/

(3) “COVID-19: La Grande Réinitialisation” de Klaus Schwab et Thierry Malleret – http://www.politique-actu.com/actualite/covid-grande-reinitialisation-klaus-schwab-thierry-malleret/1806135/

(4) “SUPERCLASS: THE GLOBAL POWER ELITE AND THE WORLD THEY ARE MAKING” by DAVID ROTHKOPF http://www.politique-actu.com/actualite/superclass-global-power-elite-world-they-making-david-rothkopf/1333020/

(5) Les «Règles pour le parc humain» de Peter Sloterdijk – https://la-philosophie.com/sloterdijk-eugenisme-regles-parc-humain;

(6) Discours à Chatham House à Londres, 2009 (ancien Royal Institue of International Relations, contrepartie du Council on Foreign Relations situé aux Etats-Unis) ou « America’s Geopolitical Dilemmas ». Speech at the Canadian international Council and Montreal Council on foreign Relations : april 23, 2010

(7) «  Unissez-vous tous pour le salut public, et pour rester une nation indépendante » Palais de l’Elysée, le 22 juin 1815″. Abdication Napoléon 1er – 22 juin 1815

__