« AFFAIRE #MILA : La république des Kouffards et des couards » (Penser la France)

4 février 2020

__

Communiqué national

Mardi 4 février 2020 – 23h00

La République ce n’est pas la tolérance. La République c’est la radicalité.

L’Affaire #MILA – après tant d’autres – illustre la démission collective d’une partie de cette classe dirigeante française, de moins en moins dirigeante, de moins en moins française.

En déclarant « Je déteste la religion. Le Coran est une religion de haine, l’islam c’est de la merde (…) » #MILA  a fait valoir un point de vue – certes discutable – mais c’est un point de vue philosophique dont l’expression est précisément garantie par la Liberté de conscience, un des piliers fondamentaux de la République.

Les menaces et les intimidations reçues sont précisément adressées à tous ceux qui pourraient avoir à  craindre dans l’exercice de cette liberté fondamentale.

Cette Liberté est ce sur quoi repose précisément la République. Elle doit donc être garantie de manière absolue par les institutions de la République.

*

Spectacle pathétique s’il en est que ce gouvernement.

La ministre de la Justice – en personne – Mme #Belloubet  elle-même – confond dans un impressionnant tête-à-queue philosophique et politique – la critique sévère envers une religion et l’insulte envers des croyants au nom … « de la liberté de conscience » puis se récrie.

Une once de dignité aurait dû précipiter une démission immédiate.

Mieux encore, plusieurs jours après, le ministre de l’éducation nationale – M. #Blanquer lui-même – proclame avec fierté :

« #MILA sera re-scolarisée… paisiblement (…) il faut que le nouvel établissement scolaire ne soit pas trop loin du domicile de la jeune fille ».

L’ignorance de ces ministres est abyssale, le non-sens politique stupéfiant.

Cette démission institutionnelle sur fond de compromission est le signe de notre faillite collective et un aveu principiel : Incapable de défendre #MILA dans son école, cette République est incapable de défendre la #France, ses valeurs, son esprit.

*

Alors nous voulons le redire : La République ce n’est pas la tolérance. La République c’est la radicalité.

Pour les clubs « Penser la France » l’hyper-République a pour vocation de reconquérir les territoires perdus de la France, partout. Territoire physique et territoire spirituel.

Partout refaire Nation, partout refaire République.

Nous le disons depuis près de dix ans maintenant, plus le temps passe et plus il y aura du sang et des larmes.

Mais il faudra partout imposer la loi. Quel qu’en soit le prix.

« La #Liberté ou la Mort » disaient les anciens.

Avec l’hyper-république, la sentence reprendra force et vigueur.

Il n’y a pas d’autre urgence aujourd’hui.

___

#penserlafrance

CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr – 01.73.64.98.68

Les Clubs « Penser la France » travaillent au soutien de plusieurs initiatives politiques de refondation autour d’un  « nouveau Conseil National de la Résistance » réunissant communistes authentiques et gaullistes authentiques et au-delà tous citoyens militants pour l’indépendance de la France.

Les Clubs « Penser la France » militent pour les trois sorties immédiates : Sortie de l’OTAN – Sortie de l’UE – Sortie de l’EURO.

Source: www.penserlafrance.fr

 

[Illustration : “La liberté ou la mort / Les dames d’Orléans” Révolution française : Première coalition 1792–97 (Des femmes se joignent aux armées de volontaires)]